Côtes de Bourg 2009 « Les 3 Petiotes »

362-363 – Jean Helen – J’avais, dans Le Cardiologue 310, vanté le Château Martinat que m’avait fait découvrir, dans le Bourgeais, où il avait pris sa retraite, un excellent ami gastro-œnologue rémois. En retour, je lui avais conseillé de s’intéresser au domaine des 3 Petiotes sis à moins de 200 m de sa propriété, choix qui s’est avéré fort judicieux !

VinL’aventure des 3 Petiotes est celle de la reconversion d’une jeune cadre bancaire dynamique, désireuse d’échapper à un travail monotone et peu valorisant, pour se laisser guider par le plaisir du goût, de la convivialité, de l’amour du vin et par le labeur et les tribulations incessantes qu’il nécessite, ce qu’elle raconte avec beaucoup d’humour dans son blog jonglant entre les enfants, les aléas climatiques, les contraintes de la culture bio, les trahisons du matériel.

Valérie Godelu, passée dans sa jeunesse par la Lorraine, puis le Beaujolais, où elle apprit à apprécier le vin, prépara sa reconversion depuis une dizaine d’années, en consacrant avec son mari tous ses congés à une formation viti-vin à Beaune. Puis les hasards de leur vie professionnelle les amenant à Bordeaux, elle tomba sous le charme des Côtes de Bourg, où elle réussit à acquérir, en 2008, 3 parcelles d’un total de 3 hectares entre Prignac et Tauriac qui n’intéressaient guère les locaux, car les rangs de vigne, séparés d’à peine 1,50 m, interdisaient le travail mécanique. C’était décidé ! Valérie Godelu abandonne alors son métier pour celui de vigneronne, son mari conservant son travail, pour « faire bouillir la marmite », mais l’assistant, ses soirées et week-ends, dans le travail de la vigne.

La qualité du sol argilo-sableux renforcé en profondeur par des argiles bleues et rouges, des petites concentrations de latérite possédant de bonnes réserves hydriques, l’orientation idéale pour l’ensoleillement des vignes nord-sud promettaient de belles possibilités très vite concrétisées.

Le nom surprenant du domaine, les 3 Petiotes, est venu de la naissance des 3 fillettes du couple qui s’harmonise avec les 3 parcelles du domaine complantées respectivement de malbec, merlot, et cabernet, âgées de plus de 35 ans.

D’emblée, Valérie choisit l’agriculture biologique actuellement en cours de certification. « J’ai pris l’option de faire un vin le plus naturel possible, je ne rajoute aucun intrant chimique autre que le soufre avec grande parcimonie, afin d’obtenir un vin digeste », souligne-t-elle. Les vignes sont cultivées, sans pesticides ni engrais de synthèse, l’herbe est tondue entre les pieds au rotofil, le sol retourné en surface 1 à 2 fois/an. La taille Guyot double a été adoptée, pour étaler les grappes. Effeuillage en août, pour mieux exposer les grappes au soleil, travaux en vert limitent drastiquement les rendements à 25 hl/ha.

En 2012, après quelques galères dans des locaux éloignés et exigus, un chai tout neuf est sorti de terre qui optimise le travail de vinification.

Les vendanges sont manuelles en cagettes. Un double tri à la récolte, puis au chai est effectué sur des raisins égrappés à la main. Les fermentations alcooliques et malo-lactiques s’enclenchent dans la foulée, sans sulfitage, ni levurage exogène. L’élevage sur lies avec bâtonnage régulier s’étend sur 12 mois en barriques anciennes. La mise en bouteille ne comporte ni collage ni filtration.

Ces 3 Petiotes 2009 résultent d’un assemblage inhabituel de 40 % de malbec, 35 % de merlot, le reste de cabernet essentiellement franc. Paré d’une robe grenat foncé aux reflets violacés, ce vin exhale immédiatement des senteurs de liqueur de cassis, de pruneaux et d’épices dominées par le poivre noir, puis, très rapidement, apparaissent des arômes plus sudistes de fruits rouges, de kirsch, de menthe. La bouche est fruitée, gourmande, veloutée exprimant une matière dense, équilibrée, où l’on retrouve, à nouveau, des notes de pruneaux, de poivre, de réglisse, les tanins cependant restent encore un peu vifs. La finale laisse une belle impression fraîche et salivante.

Cette bouteille, très atypique pour un Bordeaux, ne peut que séduire par son côté fruité et épicé lié au malbec, mais aussi par son prix particulièrement doux !

Ce vin joyeux, rempli d’énergie s’accordera avec de nombreux mets. Il épousera une grillade de bœuf ou une brochette d’agneau, surtout si elles sont cuites aux sarments de vigne, un boudin noir aux pommes, une cannette rôtie. Valérie le recommande avec sa recette fétiche, encornets à la joue de bœuf, mais aussi avec des desserts chocolatés : bavaroise au chocolat et fraise, moelleux au chocolat.

Le fourmillement de projets des Godelu : cuvée « en attendant Suzie » comportant 70 % de malbec, une autre 100 % cabernet franc, un moelleux de merlot
botrytisé ( !), son référencement dans le livre « des vins qui ont de la gueule » permettent d’affirmer que les Petiotes sont en passe de devenir grandes…

Côtes de Bourg 2009 « Les 3 Petiotes »
Valerie Godelu 33710 Tauriac
 
Print Friendly, PDF & Email