Connexion (auto)mobile

Entre la voiture électrique et le véhicule connecté, les constructeurs automobiles déploient toute leur énergie dans la bataille de ce qui va être la révolution de ces prochaines années. 

L’année 2017 sera sans doute l’année de toutes les offensives dans le secteur de l’automobile. L’évolution des réseaux électriques, des changements sociaux et technologiques vont favoriser la voiture connectée et autonome et l’autopartage.

Les perspectives sont énergivores dans le développement des données et logiciels, beaucoup plus que dans les véhicules eux-mêmes qui deviennent, du coup, presque secondaires.

Le logiciel deviendra le critère principal du choix d’une voiture. Il y a quelques années, l’acheteur pensait surtout moteur, sécurité, performance… aujourd’hui, il se pose la question de savoir comment son smartphone va s’intégrer, comment il va pouvoir communiquer, et également se poser la question des mises à jour et la protection des… virus et autre vol dit « à la souris ».

Les perspectives de développement dans les prochaines années sont particulièrement nombreuses :

  • amélioration de l’autonomie des voitures électriques ;
  • facilité de la conduite grâce à de nouveaux algorithmes ;
  • ergonomie de la conduite en parallèle avec la connexion et design de l’ensemble ;
  • logiciels embarqués avec interface multiusage (connections extérieure et intérieure, communication… ;
  • radars et détecteurs de présence sur la voiture autonome ;
  • services clients avec une connexion directe ;
  • économies de matières premières et de recyclage ;
  • durabilité des véhicules malgré leur complexité ;
  • réalisation en impression 3D (vous souvenez-vous des prototypes en bois ?) pour une innovation réduite et moins chère ;
  • amélioration des techniques hybrides.

Cela fait plusieurs années que les géants de la Tech (Apple, Google, Microsoft, Samsung, pour les plus connus) et les constructeurs automobiles travaillent soit par des partenariats divers, soit en autonomie avec plus ou moins de succès. L’offensive de Google avec son « Android Auto » ou celle d’Apple avec sa technologie « CarPlay » en sont les principaux reflets de cette course à la technologie.

Microsoft, quant à elle, s’associe avec  Nissan, BMW dans le cadre d’un programme dénommé Connected Vehicles.

Concrètement, Connected Vehicles est plus une  plate-forme basée sur le cloud. Ce système dédié uniquement à la voiture utilise une solution qui amènera des applications comme Cortana, Skype ou Office 365 dans le tableau de bord. Connected Vehicles ciblera en priorité la maintenance prédictive, la productivité au sein du véhicule, la navigation avancée, les commentaires des clients et le développement de capacité de conduite autonome… car c’est de cela dont il s’agit dans le futur : le véhicule autonome. L’Etat français vient de donner son accord pour des essais sur route ouverte…
Pascal Wolff

Les partenariats HIGHTech
BMW, Nissan et Microsoft
Fiat-Chrysler et Google
Tesla et nVidia
Ford et Blackberry
General Motors et IBM
Renault et Waze
Peugeot, Ericsson et Orange
Toyota et Microsoft

Print Friendly, PDF & Email