Les généralistes fument de moins en moins

En 2003, 29 % des médecins généralistes déclaraient fumer au moins occasionnellement. En 2015, ils n’étaient plus que 16 % à déclarer fumer au moins occasionnellement, dont 14 % quotidiennement. Ces résultats sont issus du panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale mis en place par la Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques (DREES) et les URPSML de Pays-de-Loire, de Poitou-Charentes et de PACA. L’Agence Nationale de Santé Publique (ANSP), qui estime que l’objectif de réduire de moitié le tabagisme en 10 ans est atteignable, s’est félicitée de ce que « les médecins montrent l’exemple ».

Print Friendly, PDF & Email