ANDPC : Le bilan 2017

L’année dernière, l’ANDPC a enregistré 2 012 organismes, contre environ 3 000 avant la réforme du dispositif de juillet 2016.

Succédant à cette occasion à l’Organisme Gestionnaire de DPC (OGDPC), la nouvelle agence a en effet renforcé le contrôle de la qualité des actions et des organismes de DPC. Près d’un tiers des organismes a ainsi été refusé l’année dernière. Si certains ont renoncé d’eux-mêmes, 506 organismes ont vu leur dossier rejeté pour des raisons tenant notamment au périmètre du DPC ou à un manque d’assise scientifique. Désormais, les organismes ont une nouvelle identité visuelle, avec un sigle ODPC accolé à leur numéro d’enregistrement permettant aux professionnels de les identifier facilement.

En 2017, l’agence a comptabilisé 15 282 actions de DPC, contre 28 971 en 2016. ces actions font désormais l’objet d’un double contrôle. Une vérification a priori juge de la pertinence, de la cohérence de la thématique, du résumé, de l’adéquation avec les orientations nationales, du public visé, etc.). Sur 10 190 actions analysées, 74 % ont été publiées, 20 % rejetées et 6 % retirées après publication. Un contrôle de deuxième niveau est effectué par les Commissions Scientifiques Indépendantes (CSI) pour chaque profession concernée. Les CSI n’ont pu analyser que 10 % des actions en 2017 et sur 1 773 évaluations notifiées, 47 % étaient favorables.

En mars, l’ANDPC va déployer une plate-forme qui permettra aux professionnels participant à une action de formation de signaler des dysfonctionnements, ce qui peut s’apparenter à un troisième contrôle.

Print Friendly, PDF & Email