Taclée par la CNIL, la CNAM rectifie le tir

« Si la CNIL n’a pas constaté de faille majeure dans l’architecture de la base centrale, elle a relevé plusieurs insuffisances de sécurité susceptibles de fragiliser le dispositif, portant notamment sur la pseudonymisation des données des assurés sociaux, les procédures de sauvegarde des données, l’accès aux données par les utilisateurs et par les prestataires. »

La lecture est réservée à nos abonnés papier

Pour lire cet article, vous devez vous connecter
Connexion

Print Friendly, PDF & Email