Covid-19 : le Health Data Hub et la Cnam autorisés à collecter les données du SI « Vaccin Covid »

(TICpharma – Léo Caravagna) – Un arrêté publié le 24 mars au Journal officiel (JO) autorise le Health Data Hub (HDH) et la Caisse nationale de l’assurance maladie (Cnam) à collecter les données issues du système d’information (SI) « Vaccin Covid »… [Lire la suite]




Vaccin d’AstraZeneca : les moins de 55 ans ayant reçu une première injection devront recevoir la deuxième avec Pfizer ou Moderna

(Le Monde – Delphine Roucaute et Camille Stromboni) Les 533 302 personnes de moins de 55 ans qui ont reçu une première dose du vaccin d’AstraZeneca entre le samedi 6 février et le samedi 13 mars devront recevoir leur deuxième injection avec un vaccin à ARN messager, c’est-à-dire ceux produits par Pfizer-BioNTech et Moderna, a recommandé la Haute Autorité de santé (HAS), vendredi 9 avril.

Anticipant la publication de cet avis, le ministre de la santé, Olivier Véran, a estimé vendredi matin que cette préconisation était « totalement logique », soulignant qu’il s’agissait d’une mesure… [Lire la suite]




Entre déconfinements progressifs et reconfinements… focus sur l’actualité internationale

(Medscape – Rédaction) En raison de l’évolution de la pandémie COVID-19, nous vous proposons désormais chaque semaine des liens vers une sélection d’actualités internationales couvertes par nos équipes éditoriales locales*.

EUROPE

L’agence en charge de l’approbation des médicaments et des vaccins au Royaume-Uni (MHRA) a déclaré que les personnes de moins de 30 ans devraient se voir proposer un vaccin alternatif à celui d’Oxford/AstraZeneca, à la suite de la confirmation du lien entre le vaccin et la survenue de thromboses très rares. Comme l’EMA, le MHRA a souligné que les avantages conférés par le vaccin l’emportaient toujours sur… [Lire la suite]




Covid-19 : 47 % de réinfections chez les plus de 65 ans, dans une étude danoise

(Medscape – Damian McNamara) Une vaste étude observationnelle danoise révèle que les réinfections au SARS-CoV-2 restent rares mais aussi que les personnes de plus de 65 ans sont les plus à risque.

Les chercheurs danois ont découvert que moins de 1% de ceux qui avaient déjà été testés positifs étaient recontaminés. L’infection initiale était associée à environ 80 % de protection contre une nouvelle recontamination au coronavirus. Cependant pour ceux âgés de plus de 65 ans, ce pourcentage chutait à 47 %. Les résultats ont été publiés en ligne dans le Lancet [1].

Malgré la preuve que les réinfections sont assez rares, « nombreux sont ceux qui qualifieront les données rapportées… [Lire la suite]




Hommage du SNC au Pr Yves Juillères par Eric Perchicot, ancien président du SNC

Yves Juillières nous a quittés. Il avait accédé à la présidence de la Société Française de Cardiologie début 2014, quelques semaines avant que je sois élu président du syndicat national des cardiologues. A partir de là  nos parcours se sont croisés. Il avait une activité développée sur un axe Est-Ouest de Nancy à Rennes en passant par Paris. J’étais plutôt sur une trajectoire Sud- Nord de Marseille à la capitale en passant par Cavaillon. Nos multiples rencontres, pendant les quelques années qui ont suivi, ne se déroulaient jamais que sur quelques heures. Je ne peux pas dire que nous soyons devenus amis ; en revanche, probablement en raison de ses qualités relationnelles nos réunions sont rapidement devenues agréables et je l’espère productives. Homme courtois, à l’élégance non uniquement vestimentaire,  toujours d’humeur égale, arborant sur son visage mince un discret sourire qui ne disparaissait que rarement, quand son autorité se concentrait dans son regard bleu acier. Homme au discours précis, possédant parfaitement les dossiers qu’il travaillait, il restait ouvert à toute discussion et positions différentes de la sienne. Bien que, par nos positions, défendant parfois des points de vue différents, nous avons toujours réussi  grâce à son adresse et son intelligence, à dégager des compromis équitables. Nos relations professionnelles se sont poursuivies, après la fin de sa présidence quand il fut expert pour la DGOS sur le dossier de la télésurveillance des dispositifs  implantables. J’ai apprécié alors sa connaissance du sujet, sa lucidité sur les objectifs de  l’administration et les besoins  du médecin de terrain qui n’ont pas été négligés.

Il n’est jamais été dupe du pouvoir limité, même d’un professeur hospitalo-universitaire dans le cadre de l’organisation du monde de la santé dans notre pays, et a toujours su, du moins à ce que j’en ai vu, resté fidèle à des principes d’équité et d’humanité qui méritent d’être donnés en exemple.

Mes  plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches, adieu Yves.

Eric Perchicot, ancien président du SNC

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès du Pr Yves Juillères à l’âge de 63 ans. Spécialiste reconnu dans l’insuffisance cardiaque et leader de la cardiologie française de ces dernières années, il a été le président de la société française de cardiologie de 2014 à 2016 qui a fait bouger les lignes avec un grand respect de toutes les composantes de la cardiologie. Le Dr Eric Perchicot, ancien président du syndicat des cardiologues, qui l’avait bien connu, lui rend ici un hommage
Dr Marc Villacèque. Président du SNC




Avril : le mois de la ROSP

La Rémunération sur Objectifs de Santé Publique (ROSP) permet d’encourager une amélioration des pratiques médicale en fixant des d’objectifs ciblant neuf indicateurs. Elle peut atteindre au maximum 2 380 € en 2021 si tous les objectifs sont atteints. 

Calibrée sur un volume moyen de 800 patients, la ROSP est pondérée selon la taille réelle de la patientèle. Elle repose sur 9 indicateurs :

  • Deux indicateurs sur le suivi des pathologies chroniques
    • Améliorer le traitement post IDM
    • Améliorer la prise en charge médicamenteuse de l’IC en s’assurant qu’un bêtabloquant est prescrit). 
  • Cinq indicateurs sur la prévention 
    • Améliorer la prise en charge médicamenteuse de l’HTA en s’assurant qu’un diurétique est prescrit dans la trithérapie lorsqu’elle est indiquée ; 
    • Améliorer la surveillance biologique des patients sous trithérapie antihypertensive en s’assurant qu’au moins un dosage annuel de la créatininémie et de la kaliémie est réalisé ; 
    • Augmenter l’utilisation de la MAPA ou de l’automesure dans la prise en charge de l’HTA ;
    • Limiter les traitements par clopidrogel, Duoplavin®, prasugrel ou ticagrelor l’année N-2 ; 
    • Obtenir un taux de LDL cholestérol inférieur à 1g/l chez les patients de moins de 85 ans en post IDM
  • Deux indicateurs sur l’efficience des prescriptions 
    • Augmenter la proportion de statines prescrites dans le répertoire des génériques ;
    • Augmenter la proportion d’antihypertenseurs prescrits dans le répertoire des génériques

Sur ces neuf indicateurs, sept sont remontés automatiquement via vos télédéclarations et votre logiciel métier ; les deux autres sont déclaratifs et doivent faire l’objet d’une attestation sur l’honneur.

La ROSP sera versée courant avril. A noter que la Commission paritaire nationale (CPN) réunie le 4 mars a voté à l’unanimité la mise en place d’une clause de sauvegarde exceptionnelle pour compenser l’impact de la crise sur la ROSP cardiologue et maintenir son montant global au niveau de 2019. Cela représente en moyenne un plus ou un manque à gagner de 88 € par cardiologue.

Par ailleurs, en sus de la ROSP, vous pouvez toucher une rémunération liée au forfait structure et pouvant s’élever à 5 145€. Il faut pour cela atteindre les objectifs fixés pour les treize indicateurs de ce forfait, destiné à moderniser les pratiques médicales.

Téléchargez le guide méthodologique de la CNAM sur la rémunération sur objectifs de Santé publique




Les ophtalmologistes plébiscitent le travail aidé

Le 5 février dernier, le Dr Thierry Bour, Président du Syndicat National des Ophtalmologistes Français, a présenté les résultats de l’étude annuelle sur le travail aidé dans les cabinets ophtalmologiques. La filière visuelle est en effet pionnière dans ce domaine qui peut encore se développer.

Le travail en équipe a continué à se développer en 2020 : 71 % des ophtalmologistes exercent en travail aidé (86 % pour les moins de 50 ans), + 8 % vs 2019. Cette organisation a un impact significatif sur les délais moyens d’obtention d’un rendez-vous qui ont diminué d’un tiers depuis 2017.

Le travail aidé est plus fréquent dans les cabinets de groupe et davantage pratiqué par les ophtalmologistes en secteur 2, mais l’écart semble se réduire avec le secteur 1 (77% vs 60 % en 2020, contre 70% vs 49 % en 2019). Les profils des aides des ophtalmologistes sont de plus en plus variés : orthoptistes salariés ou libéraux installés dans le cabinet (48%), IDE (23,5%) et surtout assistants médicaux (11 %), avec lesquels la collaboration est en forte hausse depuis la création d’un statut légal dans le cadre de « Ma Santé 2022 » et la mise en place d’aides conventionnelles en 2019 (Avenant 7 de la Convention Médicale). La collaboration avec les opticiens est également en hausse (13%). 

Le Dr Bour estime toutefois que le travail aidé pourrait se développer davantage pour aboutir au respect de l’objectif « Zéro délai en 2022 » sur lequel le SNOF et les pouvoirs publics s’étaient accordés en 2017.

Visualisez la vidéo de l’enquête




Travail aidé en cardiologie : trois arrêtés autorisent les protocoles de coopération

Par un arrêté du 1er mars 2021, le ministère des Solidarités et de la Santé a autorisé la mise en œuvre du protocole de coopération permettant « l’enregistrement et la pré-interprétation des paramètres écho-cardiographiques transthoraciques (ETT) par un IDE en lieu et place d’un médecin cardiologue avant contrôle et interprétation médicale définitive ». Ce protocole de coopération était prévu par la loi du 24 juillet 2019 relative à l’organisation et à la transformation du système de santé.

L’arrêté précise que les cardiologues qui mettent en place ce protocole de coopération doivent en déclarer les différents intervenants à l’ARS dont ils dépendent.

Le ministère a également pris deux autres arrêtés autorisant des protocoles de coopération susceptibles d’avoir des répercussions sur l’exercice des cardiologues, notamment imageurs et interventionnels :

Ces trois arrêtés ouvrent la voie à davantage de travail aidé au sein des cabinets de cardiologie, la pratique aidée constituant l’une des pistes pour répondre aux besoins et aux attentes des patients dans un contexte de déficit démographique des cardiologues, avec également les pratiques coordonnée et connectée.




Officine : vers la fin de l’interdiction du référencement payant des sites de vente en ligne

(TICpharma – Raphaël Moreaux) Le Conseil d’Etat a enjoint le ministère des solidarités et de la santé d’abroger l’annexe d’un arrêté de 2016 qui interdit aux officines disposant d’un site de commerce électronique « la recherche de référencement dans des moteurs de recherche ou des comparateurs de prix contre rémunération », selon une décision mise en ligne fin mars et publiée au recueil Lebon… [Lire la suite]




Téléconsultation : MaQuestionMédicale intègre le service de réservation de transport de Sanilea

(Tic Santé – Léo Caravagna) La plateforme de télémédecine MaQuestionMédicale.fr intègre désormais le service de réservation de transport sanitaire de Sanilea à son interface, ont annoncé les deux sociétés dans un communiqué le 30 mars… [Lire la suite]




Forfait Innovation : deux avis défavorables pour des Dispositifs Médicaux (DM) en cardiologie

Le forfait innovation permet la prise en charge totale ou partielle par la Sécurité sociale, à titre dérogatoire et pour une durée limitée, d’un dispositif médical ou d’un acte innovant. Cette prise en charge dérogatoire est conditionnée à la réalisation d’une étude visant à fournir des données cliniques ou médico-économiques manquantes. Elle intervient sur décision des ministres chargés de la Santé et de la Sécurité sociale via la publication d’un arrêté spécifique et après avis de la Haute Autorité de santé (HAS).

Celle-ci a rendu en mars deux avis défavorables concernant des DM utilisables en cardiologie : une technologie de mesure non invasive de la réserve coronaire (FFR) et un système transcutané de réparation de valve tricuspide.

Dans le cas de la technologie FFR-CT (FFR réalisé sur un scanner coronaire) développée par HeartFlow, l’étude proposée est une étude comparative contrôlée randomisée multicentrique visant à démontrer que la stratégie avec FFR-CT est plus efficace qu’avec d’autres tests non invasifs ischémique (IRM, scintigraphie, échographie) ou qu’une coronarographie. La HAS estime que ce projet « ne permet (…) pas de réunir l’ensemble des données manquantes nécessaires pour établir l’amélioration du service attendu, et ce de façon pertinente au regard des autres études cliniques similaires en cours ou programmées qui ont été produites ». 

Concernant le système transcutané de réparation de la valve tricuspide PASCAL (Edwards Lifesciences) sur une insuffisance tricuspidienne sévère malgré un traitement médical optimal, l’étude proposée est une étude prospective, comparative randomisée visant à comparer l’association « dispositif PASCAL + traitement médical optimal » et le traitement médical optimal seul. La HAS indique que cette étude « a déjà été autorisée par la FDA en septembre 2019 et est déjà en cours de réalisation avec l’inclusion effective de patients ». De plus, d’autres études similaires sont en cours de réalisation pour un autre DM dont le mode d’action est identique. Dans ce contexte, la HAS a estimé que l’étude proposée n’était pas pertinente et a donné un avis défavorable pour la prise en charge dérogatoire du DM.

On peut regretter que l’HAS par ces avis défavorables, retarde l’innovation en France dans le domaine de la cardiologie.




Vaccin d’AstraZeneca et cas de thrombose : l’Agence européenne des médicaments « n’a pas encore abouti à une conclusion »

(Le Monde – AFP) La défiance à son égard ne cesse de croître, tandis qu’il est suspecté d’être responsable de cas de thrombose. Alors que l’Agence européenne des médicaments (AEM) a fait savoir, mardi 6 avril, qu’elle était toujours en train d’évaluer si le vaccin d’AstraZeneca contre le SARS-CoV-2 était potentiellement lié à la formation de rares caillots sanguins, signalés dans plusieurs pays, en France, une nouvelle plainte contre X a été déposée par la famille d’un homme mort de « multiples thromboses » après avoir reçu une première injection de ce produit… [Lire la suite]




Covid-19 : risque d’AVC accru chez les patients hospitalisés

(Medscape – Stéphanie Lavaud) De nouveaux travaux américains suggèrent que les patients hospitalisés pour Covid-19 présentent un niveau de risque d’accident vasculaire cérébral plus élevé si l’on compare les chiffres à ceux de précédentes études avec des pathologies infectieuses similaires comme la grippe ou un sepsis. Les patients qui ont été victimes d’un accident ischémique étaient plus susceptibles d’être plus âgés, de sexe masculin, d’avoir la peau noire, une hypertension, un diabète de type 2 ou un rythme irrégulier (fibrillation atriale) par rapport aux autres patients Covid, selon une étude présentée à l’International Stroke Conference de l’American Stroke Association, qui s’est tenue virtuellement du 17 au 19 mars 2021 [1].

Pour mener cette recherche, les chercheurs se sont appuyés sur le registre des maladies cardiovasculaires des patients atteints de Covid-19 de l’AHA. Ils en ont extrait plus de… [Lire la suite]




La méditation bénéfique en post-infarctus

(Medscape – Stéphanie Lavaud) Un programme de méditation de 8 semaines améliore la qualité de vie et réduit l’angoisse liée à la reprise d’activité chez les patients après un infarctus, selon une étude présentée au congrès Acute CardioVascular Care 2021, un congrès scientifique de l’European Society of Cardiology (ESC).[1] 

« Un infarctus est un événement qui impacte fortement et peut avoir des conséquences néfastes sur la qualité de vie, explique le Dr Canan Karadas de l’Université d’Hacettepe (Ankara, Turquie), notamment en raison de la kinésiophobie (ou peur du mouvement) qui en découle parfois et limite les activités quotidiennes, par peur d’un nouvel infarctus ».  « La méditation « mindfulness » consiste à se “focaliser” sur l’instant présent, en termes de pensées, de ressentis et de sensations physiques. On s’y intéresse de plus en plus dans la prise en charge des pathologies chroniques comme l’hypertension. Notre étude a étudié son effet sur… [Lire la suite]




Pilote d’avion ou cardiologue interventionnel : qui est le plus à risque d’irradiation ?

(Medscape – Dr Nathanael Auquier, Dr Walid Amara) Comment coronarographistes et rythmologues interventionnels se protègent-ils contre le risque d’irradiation lors des procédures ? Tour d’horizon de la pratique au quotidien avec Nathanael Auquier et Walid Amara, en partenariat Medscape & Collège National des Cardiologues des Hôpitaux (CNCH) … [Lire la suite]




Femmes et hommes ne sont pas égaux face au diabète

(Medscape – Marine Cygler) Les hommes et les femmes ne sont pas égaux face au diabète de type 2. Prendre en compte le sexe permettrait certainement d’améliorer la prévention et la prise en charge des patients. Le congrès de la Société francophone du diabète (SFD) a été l’occasion d’aborder cette question du genre et du sexe, le Pr Pierre Gourdy (endocrinologue, CHU Toulouse) a détaillé les mécanismes en jeu et le rôle prépondérant des hormones sexuelles [1].

Diverses études épidémiologiques mettent en évidence de façon claire la prédominance masculine dans le diabète. Selon les chiffres de l’équipe du Dr Sonsoles Fuentes (épidémiologiste, Santé Publique France), la prévalence du diabète au-delà de 45 ans est… [Lire la suite]




« Lenteur inacceptable » de la vaccination en Europe, recrudescence des infections en Inde… Focus sur l’actualité internationale

(Medscape – Rédaction) En raison de l’évolution de la pandémie COVID-19, nous vous proposons désormais chaque semaine des liens vers une sélection d’actualités internationales couvertes par nos équipes éditoriales locales*.

EUROPE

La semaine dernière, l’incidence du Covid-19 a augmenté dans la majorité des pays de la région européenne de l’OMS, avec 1,6 million de nouveaux cas, alors que le nombre hebdomadaire était inférieur à 1 million il y a 5 semaines, a indiqué la branche européenne de l’OMS dans un communiqué. La Région reste la deuxième plus touchée par le SARS-CoV-2 de toutes les régions du monde, avec un nombre total de décès approchant rapidement le… [Lire la suite]




Saturation des réanimations : comment gérer la troisième vague ?

(Medscape – Julien Moschetti) Quelle est actuellement la situation dans les services réanimation des hôpitaux français ? Quelles pourraient être les conséquences pour la santé publique de la saturation prolongée des réanimations en raison de la troisième vague? Quelles seront les conséquences en termes de déprogrammation? Faudra-t-il faire un tri des patients afin de sauver le plus de vies possibles, comme l’ont affirmé 41 directeurs de crise de l’AP-HP dans une tribune du JDD ?

Pour répondre à toutes ces questions, la fédération hospitalière de France (FHF) a donné la parole à deux réanimateurs et anesthésistes : le Pr Xavier Capdevila, chef du département d’anesthésie-réanimation au CHU de Montpellier, et le Dr Pierre Kalfon, président de la CME et chef de service de réanimation au CH de Chartres.

Le casse-tête chinois de la réa

« Nous avons comme politique de dire systématiquement « oui » à tous nos collègues (anesthésistes-réanimateurs, chirurgiens…) qui nous sollicitent pour admettre un patient en réanimation. Nous ne voulons pas priver les… [Lire la suite]




Vaccins anti-Covid-19 : les capacités de fabrication et de distribution se renforcent en Europe

(Medscape – Aude Lecrubier) L’agence européenne du médicament (EMA) a pris plusieurs mesures qui devraient augmenter la capacité de fabrication et l’offre des vaccins contre le Covid-19 dans l’Union Européenne (UE).

Des nouveaux sites de fabrication 

Un agrément a été octroyé à un nouveau site de production du principe actif du vaccin anti-Covid-19 d’AstraZeneca (antigène). Il s’agit du site Halix situé à Leiden, aux Pays-Bas. Il portera à quatre le nombre total de sites de fabrication autorisés pour la production de la substance active du vaccin.

L’EMA a aussi autorisé un nouveau site de production du principe actif et de produit fini du vaccin… [Lire la suite]




Covid-19 : l’OMS dénonce la « lenteur inacceptable » de la vaccination en Europe

(Le Monde – AFP) C’est au tour de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de s’inquiéter. Alors que la troisième vague sévit dans de nombreux pays européens, l’instance a critiqué jeudi 1er avril la lenteur « inacceptable » de la vaccination contre le Covid-19 en Europe. A ce stade, seulement 10 % de la population européenne a reçu une première dose et 4 % est totalement vacciné, déplore l’institution.

« Le rythme lent de la vaccination prolonge la pandémie », déplore la branche européenne de l’instance onusienne dans un communiqué, en soulignant que le… [Lire la suite]




Patients greffés et/ou dialysés et Covid-19 : les enseignements du registre REIN

(Medscape – Nathalie Barrès) Les patients en insuffisance rénale chronique terminale (IRCT) traités par dialyse ou greffe représentent une population à haut risque de formes sévères d’infection par le SARS-CoV-2. Sollicité le 16 mars dernier, le registre REIN a mis en place une veille pour décrire la population de patients IRCT dialysés et transplantés atteints du SARS-CoV-2, de déterminer l’incidence, la mortalité et les facteurs de risque de ces patients. Les résultats sur la première période épidémique (mars -octobre 2020) montrent un taux de mortalité de 18% dans cette population [1].

A haut risque de forme sévère de Covid-19

Le registre national REIN (Réseau épidémiologie et information en néphrologie) qui existe depuis plusieurs années offre en ces temps de pandémie des informations précieuses sur les… [Lire la suite]




Confinement national : « Nous sommes entrés dans une course de vitesse »

(Medscape – Anne-Gaëlle Moulun) Lors de son allocution le 31 mars, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé le déploiement des mesures de freinage de l’épidémie à toute la France métropolitaine. Il a également annoncé la fermeture des crèches, écoles, collèges et lycées pour trois à quatre semaines.

« La crise sanitaire que nous traversons dure depuis maintenant plus d’un an », a déclaré Emmanuel Macron. « Nous aurons été 4 millions et demi à contracter la maladie et bientôt, près de 100 000 familles auront été endeuillées », a-t-il rappelé. Mais « nous allons tenir encore », a-t-il lancé. « Si nous savons rester unis, solidaires, alors nous verrons le bout du tunnel », a-t-il promis, appelant « à la mobilisation de chacun pour ce mois d’avril ».

Course de vitesse

Pour lui, « nous sommes entrés dans une course de vitesse : d’un côté le déploiement de la vaccination et de l’autre la… [Lire la suite]