1

« A change is gonna come * : un changement va arriver »

La Drees (ministère de la Santé) a publié le 26 mars la démographie des professions médicales. Nous y apprenons, sans surprise, que la densité des médecins va poursuivre son déclin jusqu’en 2028 (baisse de 5 %) et ne retrouvera son niveau actuel qu’en 2035 !

Nos décideurs n’ont pas attendu ce rapport pour traiter l’insuffisance du nombre de médecins par des délégations de tâches et des protocolisations : 

  • Les députés ont adopté le 18 mars la proposition de loi « Améliorer le système de santé par la confiance et la simplification ». Comme son nom ne l’indique pas, cette loi permet aux sages-femmes de prolonger les arrêts de travail et d’adresser leurs patients directement aux spécialistes, et aux kinés d’adapter les prescriptions médicales et de prescrire des produits de Santé dont les substituts nicotiniques.
  • Le Journal Officiel du 1er mars nous informe que, par protocole, les infirmières pourront enregistrer et pré-interpréter les échographies cardiaques à l’échelle nationale.

Concernant la Covid-19, les syndicats de médecins s’étaient opposés à la vaccination par les pharmaciens. La HAS les a si bien écoutés, qu’en plus de donner ce droit au pharmacien, elle a élargi la possibilité de vacciner aux vétérinaires, dentistes, manipulateurs radio, étudiants en médecine de deuxième année… 

Du côté de la cardiologie, les dernières décennies ont été marquées par des innovations techniques (TAVI, MitraClip, pacemaker sans sonde, imagerie…) et pharmacologiques majeures (sacabutril, Ac anti-PCSK9, glifozine…). Malheureusement, devant l’inflation des maladies cardiovasculaires et la diminution de densité des médecins, ces progrès ne seront accessibles à l’ensemble de la population que si nous nous lançons dans une véritable innovation organisationnelle. C’est l’un des rôles du SNC, notamment en mettant en avant les nouveaux modèles organisationnels des cardiologues libéraux de terrain. A chaque cardiologue la liberté de s’organiser comme il le souhaite, pour répondre au mieux aux difficultés de son exercice et aux besoins de la population, en s’appuyant sur Le guide des modèles innovants publié dans notre revue Le Cardiologue. Le Syndicat défend toutes les pratiques de la cardiologie : le mode individuel ou en groupe, l’exercice généraliste ou hyperspécialisé.

Pour finir, voilà un an que le nouveau bureau du Syndicat national a été élu. Nous avons l’impression que les réunions auxquelles nous assistons, avec les différents acteurs de la santé, sont accompagnées de la musique de fond « A change is gonna come* » de Sam Cooke. Maintenant, reste à savoir si les cardiologues seront les auteurs-acteurs de l’innovation ou de simples musiciens-spectateurs du chant gouvernemental…

Marc Villacèque. Président du Syndicat National des Cardiologues

(*) je vous invite à redécouvrir cette chanson ou une de ses nombreuses reprises qui ont participé à l’histoire des Etats-Unis 

La ligne éditoriale de notre revue Le Cardiologue a été modernisée avec dorénavant, à chaque numéro :

  • Un cahier détachable au centre, traitant d’un sujet professionnel pratique : obligations du cardiologue au niveau de son cabinet, modèles innovants, délégation de tâches…
  • Un article complet sur un sujet d’actualité (le mois dernier les URPS, ce mois-ci l’AG du SNC).
  • Vos rubriques favorites culturelles.

© Sergey Nivens