Ségur de la santé : d’autres annonces en début de semaine prochaine

(APMnews) – Olivier Véran effectuera de nouvelles annonces dans le cadre du Ségur de la santé, en début de semaine prochaine, a-t-il annoncé mardi soir lors d’un déplacement à l’hôpital Henri-Mondor (AP-HP), à Créteil.

Le déplacement du ministre des solidarités et de la santé est intervenu au lendemain de la signature des « accords de la santé ». Il s’est rendu sur l’aire à poser des hélicoptères puis à la salle de régulation du service d’aide médicale urgente (Samu) qui a reçu, au plus fort de la crise, près de 3.000 appels par jour et a doublé le nombre de régulateurs pour atteindre les 44.

A la fin de sa visite, destinée comme il l’a dit à « remercier et soutenir » les personnels, le ministre a indiqué qu’il avait vu au Samu un hélicoptère ayant permis le transfert de plus de 100 patients, puis qu’il avait échangé sur l’organisation qui avait été mise en place lors de l’épidémie à travers un numéro unique entre la médecine de ville et les hospitaliers.

Il a précisé avoir aussi échangé avec les équipes des urgences.

« Nous avons parlé des accords du Ségur » et « j’ai vu qu’il y avait encore des attentes de la part des équipes, qui portent sur l’organisation hospitalière, sur la question des lits, la question des personnels, celle de l’organisation du travail, celle de la formation », a-t-il expliqué.

« Toutes ces questions trouveront leurs réponses en début de semaine prochaine, lorsque j’aurai l’occasion d’annoncer toutes les autres mesures -non salariales cette fois-ci- qui font partie de ces accords du Ségur de la santé », a-t-il indiqué.

Interrogé sur des mouvements de mécontentement qui se sont manifestés malgré ces accords, Olivier Véran a fait remarquer qu’il s’agissait, à Paris, d’une manifestation de « quelques centaines de personnes ».

« Un accord majoritaire [a été trouvé] avec les organisations signataires. Cela ne veut pas dire que tout le monde est forcément d’accord, mais que des avancées ont été reconnues par une majorité du personnel », a-t-il également affirmé.

Olivier Véran est revenu sur les différentes augmentations salariales, prévues par les accords, tout en soulignant que ces revalorisations s’ajoutaient aux primes accordées par le plan précédent. « On n’enlève rien, on ajoute, il n’y a pas de pièges », a-t-il assuré.

Au final, « pour quelqu’un qui gagnait 1.300 euros par mois, avoir 220 euros net de plus par mois, c’est 20% de salaire en plus », a déclaré le ministre.

image_pdfimage_print