Covid-19 : des signaux de reprise de l’épidémie dans plusieurs régions

(APMnews) – Des indicateurs sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 sont en hausse dans plusieurs régions, dont l’Ile-de-France, la Nouvelle-Aquitaine, les Hauts-de-France et les Pays de la Loire, selon les éléments communiqués par les agences régionales de santé (ARS) et Santé publique France (SPF). 

« Reprise modérée en Ile-de-France » 

En Ile-de-France, le nombre d’appels au Samu pour suspicion de Covid est à la hausse sur une semaine, avec 224 appels vendredi, contre 185 vendredi 10 juillet, selon les données de l’ARS. Le taux d’incidence était vendredi de 8,1 cas pour 100.000 habitants, contre 6,9 il y a une semaine. 

Les indicateurs sanitaires de la région « montrent de façon concordante des signaux faibles en faveur d’une reprise épidémique modérée », a commenté vendredi l’ARS auprès d’APMnews.

Jeudi, 7 nouveaux patients ont été admis en réanimation mais « le nombre de patients hospitalisés en Ile-de- France poursuit sa décroissance progressive » (3.377 vendredi). « Pour autant, le nombre de patients hospitalisés en réanimation se stabilise depuis vendredi 10 juillet autour de 240″. 

« Le nombre de consultations SOS Médecins et le nombre d’appels au Samu pour suspicion d’infection Covid-19 sont en augmentation sur les derniers jours. Cette augmentation touche surtout le Val-de-Marne et la Seine- Saint-Denis, où les augmentations sont les plus fortes de la région.» 

L’ARS précise observer « une activité virale plus forte du virus car il y a plus de cas contacts », ce qui « rend les enquêtes d’investigation plus lourdes ». « Nous allons renforcer nos équipes de tracing durant l’été », ajoute-t-elle. 

Cependant, le taux de positivité des tests PCR reste stable à 1,2% sur la région, tempère l’agence. 

Interrogée sur un cluster identifié à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), l’ARS a précisé avoir « reçu un premier signalement d’un cas Covid+ chez une enseignante exerçant à l’école Anatole-France à Saint-Ouen le lundi 6 juillet ». 

Après les opérations de dépistage organisées par l’agence et la mairie, « au total, 22 enfants [de l’école] se sont révélés positifs ». Deux opérations de dépistage ont été organisées dans la commune et un arrêté préfectoral a ordonné lundi 13 juillet le port du masque obligatoire dans les lieux clos recevant du public. 

En Ile-de-France, 31 clusters étaient actifs vendredi (incluant les établissements de santé et les établissements médico-sociaux) : 10 à Paris, 1 en Seine-et-Marne, 4 dans les Yvelines, 2 dans l’Essonne, 1 dans les Hauts-de- Seine, 2 en Seine-Saint-Denis, 5 dans le Val-de-Marne et 6 dans le Val-d’Oise. 

« Nous suivons ces indicateurs avec la plus grande attention afin de prendre les mesures nécessaires si cette situation venait à se confirmer », indique l’ARS. « Les Franciliens doivent rester particulièrement vigilants et actifs contre le virus en respectant les gestes barrières ». 

Renforcement des actions de prévention et de dépistage en Mayenne 

« Au regard de la situation épidémiologique, la préfecture de Mayenne, l’agence régionale de santé Pays de la Loire et l’assurance maladie renforcent et amplifient les mesures de prévention, d’accompagnement et de dépistage sur le département de la Mayenne », a annoncé l’ARS dans un communiqué de jeudi. 

Elle précise que « Santé publique France annonce que le département passe en situation de vulnérabilité élevée au regard des indicateurs de suivi épidémiologique », soit un taux d’incidence de 50,1 pour 100.000 habitants et un taux de positivité de 5,65%. 

« Une tendance de reprise de la circulation du virus est observée partout en France et est clairement avérée sur le territoire de la Mayenne », pointe l’ARS. 

Elle rappelle que l’envoi de « bons de dépistage » est organisé depuis vendredi 10 juillet avec l’assurance maladie, pour inviter les assurés à réaliser des tests virologiques. Le préfet de la Mayenne a pris un arrêté mercredi 15 juillet afin de rendre obligatoire le port du masque dans les établissements clos recevant du public dans plusieurs communes. L’exécutif a annoncé la généralisation de cette mesure sur le territoire national. 

Intensification de la circulation du virus en Nouvelle-Aquitaine 

« Depuis plusieurs semaines, une cinquantaine de nouveaux cas de Covid-19 étaient identifiés par semaine en Nouvelle-Aquitaine. Ces deux dernières semaines, le nombre de cas positifs est en augmentation avec 104 cas recensés la semaine du 6 au 12 juillet », informe dans un communiqué de vendredi l’ARS Nouvelle-Aquitaine. 

« Cette augmentation est également traduite par une augmentation de l’activité de SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 ». Vendredi, 11 patients Covid étaient hospitalisés en réanimation dans la région. 

Par ailleurs, « de plus en plus de cas groupés (clusters) sont identifiés dans la région, confirmant une circulation active du virus ». L’ARS fait ainsi état de 11 clusters dans la région (dont dans les Ehpad). 

« Cette évolution de la situation appelle à une vigilance maximale de la part de tous. Les mesures barrières doivent continuer à être appliquées avec rigueur », prévient-elle. 

Bourgogne-France-Comté : des indicateurs « mal orientés » 

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté, dans un communiqué de vendredi après-midi, invite à « réactiver les réflexes de prévention de chacun » face à « des indicateurs épidémiques mal orientés », qui « restent » néanmoins « à un niveau faible ». 

En date de vendredi, les établissements de santé de la région « prennent en charge 80 patients atteints de formes graves du coronavirus, dont 7 personnes en réanimation ». 

« Pour la première fois depuis le 11 mai et même à des niveaux très faibles, ces chiffres montrent une stabilisation des hospitalisations pour Covid-19 (86 la semaine dernière) », commente l’agence. Néanmoins, 1 patient de plus que la semaine dernière est en réanimation. 

Le dépistage « reste activement mis en oeuvre dans tous les départements de la région où plus de 100.000 tests ont été réalisés depuis la levée du confinement ». Sur les 7 derniers jours, 14.428 résultats ont été enregistrés, dont 85 positifs. Ce chiffre « est orienté à la hausse » (68 cas positifs au cours de la précédente période de 7 jours). 

L’ARS signale que 25 regroupements de cas sont « en cours d’investigation et de traitement » dans la région (340 ont été signalés depuis le début du confinement). 

Hauts-de-France: 31 clusters, hors Ehpad, dans le Nord

« Depuis le début du déconfinement, les hospitalisations en réanimation pour les cas détectés de Covid-19 sont en baisse aux échelles nationale et départementale », soulignent dans un communiqué vendredi l’ARS Hauts-de France et la préfecture du Nord. 

« Néanmoins, de nouveaux clusters apparaissent de part et d’autre du territoire national et les indicateurs du département du Nord tendent à présager d’une recrudescence de cas de coronavirus si la vigilance de tous n’est pas maintenue ». 

Le taux de positivité aux tests de dépistage Covid-19 s’établit à 1,37% dans le Nord contre 1,1% à l’échelle nationale et celui de la reproductivité (nombre moyen de personnes infectées pour 1 cas) est de 1,06, précise-t- elle. 

« Bien que le nombre de personnes en réanimation reste stabilisé, le Nord est le département qui compte le plus de clusters en France. Entre le 11 mai et le 15 juillet, 31 clusters (hors Ehpad) ont été recensés à l’échelle du département ». 

Auvergne-Rhône-Alpes : les indicateurs se stabilisent ou progressent 

En Auvergne-Rhône-Alpes, au cours de la même semaine, « les principaux indicateurs épidémiologiques du Covid-19 se stabilisent ou progressent légèrement et restent en deçà des seuils d’alerte », constate SPF. 

Les taux de positivité des tests (0,7% contre 0,6% la semaine précédente) et d’incidence (3,5/100.000, contre 2,5/100.000) ont augmenté « tout en restant en deçà des seuils d’attention à l’échelle régionale et des départements ». 

Les hospitalisations pour Covid-19 « continuent à baisser ou se stabilisent ». Les nombres de signalement de suspicion de Covid-19 en établissements médico-sociaux et de clusters en cours d’investigation dans la région « progressent également, même si ces variations restent faibles ». Au 15 juillet, 17 clusters étaient en cours d’investigation. 

Stabilité dans le Grand Est 

Dans le Grand Est, sur la semaine du 6 au 12 juillet, SPF observe un taux d’incidence de 2,8 nouveaux cas pour 100.000 habitants, stable (2,7 la semaine précédente). Le nombre de nouveaux cas confirmés a peu augmenté (154 contre 149). L’agence indique que 32.913 tests RT-PCR ont été réalisés. 

Tous les départements de la région présentent un taux hebdomadaire d’incidence inférieur au seuil de vigilance de 10 nouveaux cas pour 100.000 habitants, écrit SPF. 

Occitanie: peu de tests positifs 

L’ARS Occitanie ne recense que 12 cas positifs en moyenne par jour et 0,5% de tests positifs en moyenne. Vendredi, 42 hospitalisations Covid-19 étaient en cours (-5 en une semaine) dont 7 en réanimation (-1). Le nombre de décès à l’hôpital est stable (513). 

Plus de 800 cas supplémentaires en Guyane en une semaine 

Pour l’outre-mer, l’ARS Guyane recensait en date de vendredi 6.509 cas confirmés (+805 depuis le 10 juillet), 34 décès au total (+11), 125 patients hospitalisés hors réanimation (-6), 25 patients en réanimation (-1) et 12 évacuations au total hors de Guyane (stable). 

En Guadeloupe et Martinique, les indicateurs, dont le taux d’incidence, restent faibles. 

image_pdfimage_print