Etablissements de santé : une nouvelle enveloppe de 100 M€ pour couvrir les coûts liés au Covid-19

(APMnews) – Une enveloppe supplémentaire de 100 millions d’euros (M€) va être « prochainement » allouée aux établissements de santé publics et privés pour compenser les coûts engendrés par l’épidémie de Covid-19, a annoncé mardi Adrien Taquet, secrétaire d’Etat auprès du ministre des solidarités et de la santé, à l’Assemblée nationale.

Elle vient compléter l’enveloppe « exceptionnelle d’urgence » de 377 M€ attribuée en avril pour couvrir certaines dépenses liées à l’épidémie, dans le cadre de la première circulaire budgétaire pour 2020. Les régions ayant obtenu le plus de crédits sont l’Ile-de-France (77 M€), Auvergne-Rhône-Alpes (45 M€), Hauts-de-France (44 M€), Grand Est (37,5 M€) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (33,7 M€).

Lors des questions au gouvernement, mardi, Adrien Taquet a été interpellé par le député Brahim Hammouche (Modem, Moselle) concernant la répartition entre les régions des crédits issus de l’enveloppe de 377 M€.

« A ce jour, notre région Grand Est compte 20 % des décès Covid de France », et « face à ce cataclysme, les soignants ont tenu », a déclaré le député.

« Pourtant, en Moselle, les premiers crédits versés ne sont pas à la hauteur des frais engagés et du nombre de patients touchés. » Cela « laisse à penser que notre département a subi des arbitrages défavorables au profit de ses voisins », a-t-il affirmé.

Adrien Taquet a répondu que la première enveloppe de 377 M€ a été calculée « sur la base des données d’activité du mois de mars » et qu’elle a donc vocation à être complétée.

Ainsi, « une seconde enveloppe de 100 M€ sera allouée prochainement aux établissements, elle viendra compléter et renforcer les dotations allouées pour les territoires qui ont été les plus touchés » par l’épidémie, a déclaré le secrétaire d’Etat.

Elle bénéficiera « évidemment [aux régions] Grand Est et l’Ile-de-France » et à « tous les secteurs d’hospitalisation qu’ils soient publics ou privés », a-t-il précisé.

L’engagement des professionnels hospitaliers doit être « récompensé au plus juste et au plus près », c’est « tout le sens des mesures que nous avons prises et que nous allons prendre dans les semaines qui viennent », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, « une garantie de financement est en place depuis mars » pour sécuriser la trésorerie des établissements de santé, ainsi que « leurs recettes d’activité qui ont pu être en baisse », a rappelé Adrien Taquet.

image_pdfimage_print