La FHF répond « fermement » au rapport critique de la fédération des sapeurs-pompiers sur la gestion de la crise de Covid-19

APMnews – La Fédération hospitalière de France (FHF) a tenu « à répondre fermement sur trois points figurant dans le rapport de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers » de France (FNSPF) sur la gestion de la crise du Covid-19 par les autorités sanitaires, dans un communiqué diffusé mardi.

Dimanche, la publication d’extraits de ce rapport dans Le Parisien, très critiques à l’égard de la stratégie adoptée par les autorités sanitaires face à l’épidémie de Covid-19, avait déjà suscité plusieurs réactions indignées dans le monde hospitalier.

« Face à une crise sanitaire, les professionnels de santé et du médico-social sont les plus aptes à caractériser les besoins du terrain », a assené la fédération hospitalière en réaction au rapport qui dénonçait une gestion « autocentrée » de la crise par les autorités sanitaires.

« C’est autour d’eux que doivent être construites les décisions, car ils sont les premiers opérateurs et représentent la première ligne de la lutte contre la pandémie », a poursuivi la FHF.

Après avoir fustigé « beaucoup de formules à l’emporte-pièce » et des propos ne reflétant « ni la réalité, ni les expériences de terrain », la fédération hospitalière a tenu « à répondre fermement » à trois critiques figurant dans le rapport de la FNSPF : la stratégie d’évacuation sanitaire, le rôle des Samu-Centres 15 et le sort des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) pendant la crise.

« Le rapport estime que les transferts sanitaires inter-régionaux, organisés avec le concours de tous les services de l’État, ont été une “opération de communication” », s’est agacée la FHF (ndlr: les critiques de la FNSPF concernaient plus précisément les évacuations des patients en réanimation par TGV médicalisés).

« Ces transferts inter-régionaux ont été nécessaires pour la prise en charge en toute sécurité de plus de 650 patients, nécessitant des soins de réanimation lourds, afin de leur éviter toute perte de chance tout en permettant de sauvegarder la capacité des régions les plus touchées à accueillir encore plus de patients », a rappelé la FHF.

Quand la fédération des sapeurs-pompiers s’étonnait « de faire faire des centaines de kilomètres aux victimes alors que souvent, il y avait de la place dans la clinique d’en face », la FHF a répliqué en indiquant que ce dispositif exceptionnel avait permis de transférer des patients « dans des CHU ou gros centres hospitaliers qui pouvaient les accueillir avec des conditions RH [ressources humaines] et matérielles excellentes plutôt que de les prendre en charge de manière dégradée dans leur région ».

Une réponse cinglante aux critiques portées aux Samu

« L’accusation portée contre les Samu, qui auraient laissé mourir des requérants non Covid en situation d’urgence vitale “dans l’indifférence générale”, est extrêmement grave », poursuit la FHF.

« Les professionnels des Samu, qui ont vu le nombre d’appels multiplié par 4 en 24 heures, ont fait preuve d’une adaptabilité et d’une capacité de réaction exceptionnelle pour répondre aux demandes de la population », a assuré la fédération, « une fois les premiers jours de la crise passés, les nouvelles organisations ont permis de prendre en charge les patients tout en empêchant la saturation du système hospitalier, et notamment des services d’urgence ».

Enfin, la FHF a battu en brèche l’allégation de la FNSPF selon laquelle le manque de coordination des autorités sanitaires avec les préfets aurait « laissé les Ehpad livrés à eux-mêmes » pendant la crise.

« C’est dans les établissements pour personnes âgées qui avaient le plus de liens avec les établissements de santé et qui avaient développé de réelles filières gériatriques, que le Covid a fait le moins de victimes », a avancé la FHF, avant d’ajouter : « Or le préfet n’a ni compétence, ni connaissance, ni moyen d’action pour favoriser cette coopération. »

Elle a par ailleurs indiqué avoir « alerté dès le début de la crise sur la nécessité d’apporter des appuis sanitaires à ces établissements et sur l’importance de fournir aux résidents et aux équipes les outils pour limiter les conséquences du confinement ».

« À l’heure où la crise sanitaire se poursuit, le rapport des sapeurs-pompiers de France répand des contre-vérités malvenues en direction des professionnels de santé dont la mobilisation et l’engagement ont été admirables », a déploré Frédéric Valletoux, le président de la FHF, cité en conclusion du communiqué.

« Ce n’est pas dans la polémique, avec des formules à l’emporte-pièce, que nous pourrons tirer toutes les leçons de cette période. »

Contacté lundi par APMnews, le médecin-colonel Patrick Hertgen, vice-président de la FNSPF, chargé du secours à personnes et du service de santé et de secours médical (SSSMS), avait tenu à souligner que les extraits publiés dimanche par Le Parisien étaient issus d’un « document de travail en cours de finalisation » et que certaines formulations pourraient être « revues ».

image_pdfimage_print