L’Agence Nationale du DPC corrige ses imperfections

Quatre mois après les critiques formulées à son encontre par la Cour des Comptes (voir ici), l’Agence Nationale du Développement Professionnel Continu (ANDPC) a publié, plutôt tardivement, fin octobre, son rapport d’activité pour l’année 2018 qu’on ne peut s’empêcher de voir comme une réponse aux magistrats de la rue Cambon tant il met en évidence les efforts déployés par l’agence pour s’améliorer sur le plan financier, éthique et scientifique.

La lecture est réservée à nos abonnés papier

Pour lire cet article, vous devez vous connecter

image_pdfimage_print