Les nouveaux tarifs au 1er juillet 2017

Chers Confrères,

A compter du 1er juillet 2017 nos honoraires (secteur 1 et OPTAM) vont évoluer avec une majoration de 2 € de la MCS et de la CSC.

Ces revalorisations dans le contexte économique que nous connaissons ne sont pas inintéressantes, mais sans doute bien tardives et peu en rapport avec l’augmentation du coût de la vie et de nos charges.

CS (23,00 euros) + MPC (2,00 euros) + MCS (5,00 euros) = 30,00 euros

CSC (47,73 euros) + MCC (3,27 euros) = 51,00 euros

Elles viennent en application de la nouvelle convention et après que le comité d’alerte ait constaté le respect de l´ONDAM en 2016 en dépit d’une augmentation des soins de ville.

Qui ose encore évoquer la simplification administrative quand la convention crée pas moins de 25 nouveaux codes dans une NGAP pourtant réduite aux seuls actes cliniques ! Heureusement la cardiologie échappe en grande partie à cette dérive, mais il faudra bien que la raison l’emporte un jour.

Plus pernicieux est le découplage du C et Cs. La consultation du médecin généraliste est devenue G. Le C2 est resté à 46 € quand la consultation est passée à 25 €. Et il sera remplacé en octobre par une nouvelle appellation APC (Acte Ponctuel de Consultant) qui n’atteindra 50 € au mieux qu’en … juin 2018 !

On pressent bien que nos modes de rémunération vont évoluer avec de nouvelles tâches qui nous serons confiées. C’est d’ailleurs ce que l’on pouvait entrevoir dans le programme santé du Président de la République, et que reprend la ministre dans sa lettre de mission, quand elle écrit vouloir faire sauter certains verrous dont un système de financement trop rigide, construit autour de la rémunération des actes et des séjours. Elle compte aussi promouvoir la télémédecine, la médecine prédictive et l’évolution des organisations, pratiques professionnelles et virage vers l’ambulatoire. Espérons que les moyens financiers suivront !

La cardiologie saura s’adapter et a commencé à le faire. En effet d’ores et déjà nous vous encourageons vivement à participer au programme télésurveillance des insuffisants cardiaques mis en place par le ministère. Pour vous aider le Syndicat vous propose une solution « clef en mains », programme d’éducation thérapeutique et plate-forme de télésurveillance dans le cadre d’un partenariat SNSMCV/UFCV/NEWCARD. Il suffit que vous vous rapprochiez des cadres régionaux ou contactiez directement le syndicat national pour débuter.

Bonnes vacances à vous toutes et tous … et faisons bon usage de nos 2,00 euros !

Docteur Jean-Pierre BINON,

Président