1

Médecins libéraux : des revenus en baisse en 2020

En 2020 les revenus nets moyens (avant impôt) des médecins libéraux ont diminué de 5,7% (6,2% en tenant compte de l’inflation) par rapport à 2019.

Ces chiffres sont issus de statistiques de la Carmf portant sur les bénéfices non commerciaux (BNC) déclarés par plus de 105 000 médecins et reflètent les conséquences de la crise sanitaire.

Tous secteurs confondus, le BNC moyen se situe juste sous les 87 000 € (plus de 7 200 € par mois). Le recul est davantage marqué pour les médecins installés en secteur 2 (–6,8 %) que pour ceux installés en secteur 1 (–5,4 %).

Généralistes : –3,4 % (–1,5 % en secteur 2 vs –3,5 % en secteur 1).

Spécialistes : –8 % (–7,6 % en secteur 2 vs –8,5 % en secteur 1).

On note d’importantes disparités selon les disciplines avec de très fortes baisses chez les anatomo-cyto-pathologistes (–19,6 %) et les ophtalmologistes (–15,3 %) ainsi que les cancérologues (–14,6 %), les radiologues (–13,6 %) et les ORL (–11,6 %).

Les spécialités concernées en 2020 par les plans blancs et les déprogrammations d’interventions affichent une baisse de revenus d’environ 10 % : anesthésistes-réanimateurs, chirurgiens et stomatologues.

Seuls les revenus de quelques spécialités de secteur 2 ont augmenté en euros courants : la pédiatrie (+1,68 %), la pneumologie (+2,69 %) et la psychiatrie (+3,53 %).

L’ensemble des spécialistes exerçant en secteur 1 ont vu leurs revenus chuter sauf dans quelques spécialités à faibles effectifs, par exemple l’hématologie (+17,5 %, pour un effectif de 35 médecins).

© Fotolia


Téléchargez la lettre au format pdf