8 décembre 2022
En offrant une nouvelle expérience aux utilisateurs de technologies digitales, le métavers va bousculer le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui. S’il ne laisse pas indifférent. Il interroge, décontenance, rassemble, rejette… On peut même s’interroger jusqu’où ce monde numérique va révolutionner, voire changer, le monde « réel ». Et pour quelle destinée et quelle utilité ? Un premier tour d’horizon de ce monde parallère en pleine explosion…

Pascal Wolff – Le Cardiologue n° 445 – Mars-avril 2022

Que diriez vous d’une petite ballade loin de chez vous, bien allongé dans votre lit et enveloppé dans vos draps, chargé de votre casque de réalité virtuelle et de vos oreillettes bluetooth ? Bienvenue dans le nouveau monde parallèle du métavers.
Vous ne connaissiez pas ce mot il y a quelques mois ? Normal, le métavers est arrivé aux oreilles du grand public il y a peu de temps avec la création de Meta, le nouveau nom de la maison mère de Facebook. Et depuis, ce n’est pas la ruée vers l’or, mais un intérêt très marqué des internautes pour ce nouvel espace car l’idée est d’y mettre tout l’internet que l’on connaît aujourd’hui (et bine plus !), tels les réseaux sociaux, toutes les applications internet et, bien sûr, les jeux vidéo, dans un monde en trois dimensions.

 

LE CONCEPT DU MÉTAVERS

 

Le métavers (de l’anglais metaverse, contraction de meta universe, c’est-à-dire méta-univers) est un ensemble de mondes virtuels en dehors du monde physique tel que nous le connaissons et perçus commet tel en réalité virtuelle (1) et réalité augmentée. (2) Il est décrit comme l’évolution d’internet, appelé web 3.0, en d’autres termes nous parlons de l’internet du futur où les espaces virtuels, persistants et partagés, sont accessibles via des interactions en 3D.
Il existe différents type de métavers, la majeure partie venant de la communauté du jeu où la 3D est déjà récurrente. On pourra accéder pêle-mêle aux réseaux sociaux, assister à des réunions professionnelles, participer à des soirées, acheter ou vendre tout ce qui se présente, et bien sûr jouer… Vous pourrez également construire vos propres espaces et communautés, ce qui ouvre des possibilités infinies en termes de lieux et d’activités.

 

LA RÉUNION DES DEUX MONDES

 

Ce qui frappe en premier lieu dans le métavers est la « présence » humaine, ce sentiment de présence dans l’espace lorsque l’on est en ligne dans des lieux pourtant numériques avec des avatars en guise de personnages. Et c’est bien là, étonnamment, que les mondes virtuel et réel ne font qu’un grâce à l’interaction naturelle d’un casque ou de lunettes.
Il n’y aura rien de plus facile que d’aller à un concert, faire un voyage, créer des œuvres d’art ou acheter des vêtements numériques… Le métavers pourrait également donner de nouvelles possibilités de travailler, et pas seulement dans un contexte à domicile : dans un environnement professionnel, les employés pourraient travailler dans leur bureau virtuel, des réunions pourraient se faire entre avatars ou bien des personnes présentes physiquement dans une salle de réunion pourraient être rejointes par des collègues présents virtuellement via le métavers. Les possibilités sont immenses.

LES ORIGINES DU TERME MÉTAVERS

« Méta » vient du grec qui signifie « au-delà » et de l’anglais « metaverse » qui est une contraction de meta universe (ou méta-univers). Le terme est apparu la première fois en 1992 dans un roman de Neal Stephenson, « Le samouraï virtuel », ou l’histoire d’un magnat qui découvre le moyen de contrôler l’esprit humain en infectant un virus dans les cerveaux de la même manière que peut l’être un ordinateur afin d’accroître son pouvoir. Son ambition sera contrariée par un hacker au savoir illimité donné par le métavers, une anticipation du (futur) web sous la forme d’un univers virtuel.

LE CONCEPT

 

Pour pouvoir se connecter dans cet univers en ligne, il faudra bien sûr être équipé d’un casque de réalité virtuelle. Une fois à l’intérieur du métavers, l’utilisateur sera représenté par un avatar, une sorte de corps virtuel dont il sera possible de changer l’apparence.

 

Le métavers est divisé en deux mondes différents
1. Le premier, appelé blockchain (3), va permettre aux internautes d’acheter des parcelles de terrain virtuelles et de construire leur environnement grâce à de la cryptomonnaie et des jetons non fongibles (NFT) [voir encadré en bas de page]. (4)
2. Le second, comme celle de Facebook, peut utiliser le métavers pour créer un monde virtuel où les gens pourront se rencontrer pour leurs consultations commerciales.

 

LANCEZ-VOUS !

 

Il faudra tout d’abord vous créer un avatar qui sera votre réprésentation virtuelle. Il pourra être réaliste afin qu’il vous ressemble ou sera celui ou celle que vous aurez toujours rêvez d’être…

 

Comment y aller ?
Pour accéder au métavers, vous devrez choisir votre plateforme suivant vos besoins ou vos envies (social, achat ou vente sous forme de NFT, rencontres, spéculation…).
Pour explorer et vous immerger totalement dans l’expérience du métavers, vous devez envisager d’acheter un casque de réalité virtuelle ou des lunettes intelligentes de réalité augmentée. Ces dispositifs indispensables vous permettront de percevoir un véritable sentiment de présence dans cet environnement que vous ne trouverez pas si futuriste que cela.

 

Découvrir
Une fois votre avatar et votre équipement en place, vous pourrez explorer le monde virtuel que vous aurez choisi et vous y perdre en y découvrant des scènes, des paysages et des structures créés par d’autres membres. Vous pourrez également visiter des musées, jouer à des jeux, parier dans des casinos, faire des achats. Bref, la vraie vie quoi !

 

Communiquer
Il sera aussi facile de communiquer avec les membres d’une communauté par messages vocaux ou textes, comme aujourd’hui avec vos SMS ou autre WhatsApp, ce qui vous permettra de fonder de nouvelles relations ou de renforcer celles que vous avez déjà.
Pour certains, c’est « the place» où il faut être pour rassembler des communautés plus soudées et plus fidèles que dans le monde physique.

 

Créer
Vous pourrez créer votre propre univers dans le métavers. Vous aurez ainsi un contrôle total sur votre monde. Mais c’est également l’endroit idéal si vous êtes un artiste ou un créateur. Vous pourrez ainsi publier ou vendre vos œuvres.

 

Affairer
L’e-commerce sera l’une des utilisations les plus en pointe du métavers. Des entreprises importantes comme Nike – qui a récemment mis la main RTFKT et ses baskets virtuelles (oui, vous avez bien lu), qui habille les avatars dans le métavers – ou Amazon, s’y sont installés ! Mais vous pourrez plus simplement proposer vos services, développer des jeux, ouvrir un casino, organiser des concerts…
Le métavers est également le marketing du futur. Elle inventera de nouvelles stratégies publicitaires afin de promouvoir des marques.

 

Acheter ou vendre
De nombreux actifs digitaux attendent des acquéreurs. Ils vous permettront par exemple de personnaliser votre avatar, de meubler votre espace, etc.

 

Spéculer
Vous pouvez acheter et/ou louer une propriété ou un terrain ou construire une structure. L’immobilier virtuel, l’une des activités les plus populaires, est en plein essor, les terrains numériques ayant le vent en poupe (pour la création d’espaces de commerce ou d’organisation d’événements.

 

EN CONCLUSION

 

Pour certains experts, le métavers sera encore plus toxique qu’internet, allant même jusqu’à le qualifier de « Far West » numérique. Cette nouvelle expérience sera tout aussi excitante que dangereuse. Les effets négatifs tels que nous les connaissons sur l’internet d’aujourd’hui seraient amplifiés et engendreraient des problèmes d’addiction bien plus graves. Les interactions virtuelles plus réalistes et plus intenses y seront bien sûr pour beaucoup avec des pertes de patience, de concentration et de comportements toxiques… Restent à définir des lois qui, pour l’instant, n’existe pas.

LES NFT, C’EST QUOI EXACTEMENT ?

Les jetons non fongibles (NFT) sont des certificats de propriété stockés sur une blockchain. Ces jetons numériques permettent de certifier l’authenticité d’un objet qui lui est associé en achetant un code (ou un certificat)

Contrairement à la monnaie telle qu’on la connaît (ou aux cryptomonnaies), chaque NFT est unique ou non fongible, c’est-à-dire qu’il ne peut être échangé contre quelque chose de valeur égale. 

Le marché de l’art est en pleine révolution grâce aux NFT. Mike Winkelmann (Beeple) a vendu une photo numérique pour plus de 69 millions de dollars chez Christie’s. Et pourtant, cette photo est consultable et téléchargeable sur internet, contrairement à un tableau « réel ». Alors, pourquoi acheter une telle œuvre de cette manière ? Et bien tout simplement parce que celle-ci a été vendue avec son NFT qui la rend unique et traçable. Ce certificat signe bien sûr l’œuvre de l’artiste et indique qui l’a vendue, qui l’a achetée et pour quelle somme et à quelle date. Cette œuvre « numérique » peut donc être cédée en enchère… et si la valeur de la cryptomonnaie qui a permis d’acquérir le certificat NFT augmente, la valeur de cette œuvre augmentera  pour le possesseur du NFT.

(1) La réalité virtuelle permet de simuler numériquement un environnement.

(2) La réalité augmentée est la combinaison d’images de synthèses et d’ images du monde réel.

(3) Une blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations qui permet à ses utilisateurs – connectés en réseau – de partager des données sans intermédiaire.

(4) Un NFT est un certificat de propriété stocké sur une blockchain  généralement associé à un actif numérique : œuvres artistiques, vidéos, objets de collection… C’est un jeton unique ou « non fongible » qui ne peut pas être retiré ou contrefait.

Vérifiez vos adresses mails !

Il n’y a pas que votre ordinateur qui peut être piraté. Vos adresses mails on pu être subtilisées dans d’autres bases de données (Santé, Gafam, réseaux sociaux…). Pour le savoir et éviter une usurpation de votre identité, de l’hameçonnage ou autre méfait, vérifiez auprès du site  haveibeenpwned s’il y a eu violation de vos adresses. Si tel est le cas, le site vous indique sur quels sites vos données ont été volées… et changez vos mots de passe.

la CNIL et vos données

Le médecin libéral doit donc protéger ses données personnelles et médicales. Pour ce faire, il doit passer par des protocoles précis : hébergement certifié données de Santé avec demande préalable auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). 

 

La CNIL a récemment sanctionné deux médecins libéraux pour ne pas avoir suffisamment protégé les données de leurs patients, des milliers d’images médicales hébergées sur des serveurs étaient en accès libre. Toutes ces données pouvaient donc être consultées et téléchargées, et étaient, selon les délibérations de la CNIL, « suivies notamment des nom, prénoms, date de naissance et date de consultation des patients ». Le problème venait simplement d’un mauvais paramétrage de leur box internet et du logiciel d’imagerie qui laissait en libre accès les images non chiffrées.

A lire également

Cybersécurité – banalisation sur toile

Intelligence artificielle – la santé au cœur du futur

Les préoccupations liées à l’intelligence artificielle

Les 50 ans d’internet

Les virus

De l’impression 3D à la bio-impression

Retour vers le futur – les prédictions médicale dans les années 1950

LES NFT, C’EST QUOI EXACTEMENT ?

Les jetons non fongibles (NFT) sont des certificats de propriété stockés sur une blockchain. Ces jetons numériques permettent de certifier l’authenticité d’un objet qui lui est associé en achetant un code (ou un certificat)

Contrairement à la monnaie telle qu’on la connaît (ou aux cryptomonnaies), chaque NFT est unique ou non fongible, c’est-à-dire qu’il ne peut être échangé contre quelque chose de valeur égale. 

Le marché de l’art est en pleine révolution grâce aux NFT. Mike Winkelmann (Beeple) a vendu une photo numérique pour plus de 69 millions de dollars chez Christie’s. Et pourtant, cette photo est consultable et téléchargeable sur internet, contrairement à un tableau « réel ». Alors, pourquoi acheter une telle œuvre de cette manière ? Et bien tout simplement parce que celle-ci a été vendue avec son NFT qui la rend unique et traçable. Ce certificat signe bien sûr l’œuvre de l’artiste et indique qui l’a vendue, qui l’a achetée et pour quelle somme et à quelle date. Cette œuvre « numérique » peut donc être cédée en enchère… et si la valeur de la cryptomonnaie qui a permis d’acquérir le certificat NFT augmente, la valeur de cette œuvre augmentera  pour le possesseur du NFT.

image_pdfimage_print