Près de 40% des Français réticents à la vaccination contre le Covid-19

(APMnews) – Environ 38% des Français ne se feraient « probablement pas » ou « certainement pas » vacciner contre le Sars-CoV-2 si un vaccin était « disponible maintenant », selon les données d’une enquête rapportées par Santé publique France dans son bulletin épidémiologique diffusé jeudi soir.

Ces données ont été collectées à deux reprises, du 6 au 8 juillet et du 20 au 22 juillet, dans le cadre de l’enquête Santé publique France CoviPrev. Les résultats issus de ces deux vagues de sondage étaient comparables.

Cette enquête est réalisée auprès d’échantillons indépendants d’au moins 2.000 personnes âgées de 18 ans et plus et résidant en France métropolitaine, sous forme d’un questionnaire en ligne. Les données ont été redressées sur le sexe, l’âge, la catégorie socioprofessionnelle, la catégorie d’agglomération et la région d’habitation.

Interrogés sur leurs intentions de vaccination contre le Covid-19 si un vaccin était « disponible maintenant », les répondants étaient 29% à déclarer qu’ils se feraient « certainement vacciner », tandis qu’un tiers se ferait « probablement » vacciner.

Ils étaient 22,1% à assurer qu’ils ne se feraient « probablement pas vacciner » et 15,6% « certainement pas », ce qui signifie que 37,7% des répondants étaient réticents à cette vaccination.

Un peu plus d’un tiers (34%) des personnes interrogées ont déclaré qu’elles « recommanderaient certainement ce vaccin à leurs amis ou à leur famille considérés comme vulnérables (en raison de leur âge ou d’un problème de santé) » et elles étaient 36% à déclarer qu’elles le leur recommanderaient probablement.

En revanche, 19% et 11% ont rapporté qu’elles ne recommanderaient « probablement pas » et « certainement pas » ce vaccin, respectivement.

Ces résultats semblent en accord avec ceux d’une enquête menée fin mars sur 1.012 Français, révélant que si un vaccin contre le coronavirus Sars-CoV-2 était mis au point, 26% des Français ne l’utiliseraient pas.

Une autre étude intitulée CoVaPred est actuellement menée jusqu’à fin 2020 sous forme d’un questionnaire en ligne pour comprendre les mesures de protection adoptées par la population contre le Covid-19 et évaluer son intention de se faire vacciner lorsqu’un vaccin sera disponible.

Elle est conduite par l’Inserm, le CNRS et Santé publique France, en collaboration avec l’institut BVA.

Dans ce sondage, une série de scénarios de vaccination sont proposés aux répondants, combinant des paramètres comme le siège social du laboratoire fabricant (Etats-Unis, Chine, Union européenne…), le professionnel de santé qui administre le vaccin (médecin traitant, pharmacien, professionnel de centre de vaccination habilité…), l’efficacité du vaccin (100%, 90%, 50%…) ou encore le risque d’effets secondaires rares mais graves (1 pour 100.000 personnes vaccinées, 10 pour 100.000…).

Le port systématique du masque de nouveau en hausse

Par ailleurs, Santé publique France rapporte dans son bulletin hebdomadaire que l’adoption systématique des mesures de prévention a globalement diminué en France depuis le début du confinement, notamment lorsqu’il s’agit de se saluer sans se serrer la main et de garder une distance d’au moins un mètre. Les résultats de CoviPrev révèlent une perte respective de 19 points et 16 points par rapport à la levée du confinement.

En revanche, le port systématique du masque a augmenté entre le 6-8 juillet et le 20-22 juillet, respecté par respectivement 49,7% et 61,2% des répondants. Cette part s’était stabilisée autour de 50% depuis la mi-juin, après une hausse continue entre fin mars et fin mai.

Depuis le 20 juillet, les masques sont obligatoires dans une liste élargie de lieux publics clos, rappelle-t-on.

image_pdfimage_print