Ségur de la santé : échec de la nouvelle réunion sur les rémunérations des médecins hospitaliers

(APMnews) – Aucun accord n’a été trouvé mercredi soir entre Olivier Véran et les intersyndicales de praticiens hospitaliers, au terme d’une nouvelle réunion du Ségur de la santé sur les ressources humaines, a-t-on appris auprès de responsables d’organisations.

Olivier Véran « nous a proposé 400 millions d’euros (M€) » soit la même enveloppe que celle mise sur la table lors de la dernière réunion, a indiqué mercredi vers 21 heures le Dr Norbert Skurnik, président de la Coordination médicale hospitalière (CMH), à APMnews.

L’ensemble des organisations s’étaient préalablement mises d’accord pour faire une nouvelle proposition « non plus d’1,2 milliard € mais de 680 M€ », comportant « 400 M€ pour la prime d’exercice exclusif, 100 M€ pour l’amélioration des échelons, et 180 M€ pour financer la cinquième plage horaire dans les 24 heures de travail », a- t-il indiqué.

« Nous demandons que l’indemnité de service public exclusif soit à 1.000 euros nets pour tous », a précisé le Pr Sadek Beloucif, président du Snam-HP.

« Nous avons essayé d’être éclectiques dans nos propositions », la hausse de la prime d’exercice exclusif « bénéficiant plutôt aux jeunes PH », le « rééchelonnement plutôt aux anciens » et « la cinquième plage pour ceux qui font des gardes et astreintes », cette troisième mesure « pouvant être étalée jusqu’en 2021 », insiste Norbert Skurnik.

Le ministre des solidarités et de la santé a opposé que 680 M€ « c’était trop » et « qu’il ne pouvait pas discuter sur la base d’autre chose que les 400 M€ », puis la réunion a « été interrompue de [son] fait », rapporte-t-il.

« Olivier Véran a refusé tout net notre demande à 680 M€ et a dit qu’on revenait à l’enveloppe initiale de 300 M€ », ajoute le Dr Jacques Trévidic, président d’APH.

« C’est lui qui a mis fin à la réunion », qui a duré plus de 3 heures, confirme-t-il.

De son côté, sur Twitter, le président de la conférence des présidents de commission médicale d’établissement (CME) de centre hospitalier, Thierry Godeau, a confirmé que les négociations étaient « rompues ».

« Enveloppe et mesures jugées très insuffisantes par tous les acteurs. Toujours pas de volonté de choc d’attractivité médicale à l’hôpital public, grand danger de désert hospitalier faute de médecins », a-t-il écrit.

Olivier Véran n’aurait pas indiqué quelle était la suite pour les praticiens hospitaliers.

Selon le président de la CMH, il aurait toutefois « laissé sous-entendre qu’il nous ferait soit des propositions, soit il nous recontacterait pour que l’on se revoie », sans donner la date d’une prochaine possible rencontre.

« Nous espérons que les négociations vont se poursuivre », déclare Sadek Beloucif.
« Le terme réel est le lundi 13 juillet », estime le président d’APH qui pense que le président de la République souhaite évoquer la fin du Ségur lors de son intervention prévue le 14 juillet.

Mercredi soir, les responsables des organisations syndicales s’apprêtaient à retourner vers leurs mandants pour les consulter sur les dernières propositions ministérielles.

« J’ai bon espoir » que le ministère lâche du lest « devant l’attente du public », et sachant « que toute la France nous a applaudis tous les soirs à 20 heures » pendant la crise du Covid. En outre, « on ne demande pas des choses extraordinaires » pour les PH, affirme Norbert Skurnik.

La réunion du Ségur concernant les rémunérations des personnels non médicaux qui a débuté à 15 heures en présence de Nicole Notat, était, à 22 heures, toujours en cours.

image_pdfimage_print