« Touche pas à mon ASV ! »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les propositions de Jean-Paul Delevoye ont suscité chez les représentants syndicaux des médecins libéraux une vive inquiétude et qu’ils sont prêts à défendre leurs intérêts bec et ongles. 

La lecture est réservée à nos abonnés papier

Pour lire cet article, vous devez vous connecter

image_pdfimage_print