10 août 2022

Le manque de médecins et l’augmentation du recours aux soins liée au vieillissement de la population et à l’explosion des maladies chroniques font peser une pression croissante sur les cabinets médicaux et les praticiens, qu’ils soient installés à titre individuel ou en maison de santé. Des solutions encouragent d’autres modes d’exercice et incitent notamment au développement de l’exercice coordonné. Toutefois, l’afflux des demandes de soins combiné à la multiplicité des tâches non médicales génère des besoins nouveaux dans la gestion des cabinets.
Dans ce contexte, la réforme du système de santé portée par la stratégie « Ma Santé 2020 » prévoit la création de 4 000 postes d’assistants médicaux. Ces créations s’accompagnent d’une aide à l’embauche de la part de l’Etat.

Le travail aidé

Focus sur l’assistant(e) médical(e)

Coordination : Nathalie Zenou

Sommaire

– Pourquoi cette nouvelle fonction ?

– Quelles sont les missions de l’assistant médical ?

– Qui peut être assistant médical ?

– Comment financer l’embauche d’un assistant médical ?

– Comment le recrutement est-il formalisé ?

– Quelle contrepartie pour le médecin ?

– Quel accompagnement par les pouvoirs publics ?

– Partage d’expérience

– Travailler en pratique avec une assistante médicale :  le témoignage du Dr Hervé Michalski

– À retenir

Pour visualiser le guide complet, vous devez être abonné.
Pour visualiser le guide complet, vous devez être abonné.

À RETENIR

– Le recours à un(e) assistant(e) médical(e) permet au cardiologue de dégager du temps médical et de gagner en qualité dans sa pratique et dans ses conditions d’exercice.
– Les missions confiées à l’assistant(e) médical(e) doivent permettre au médecin de libérer du temps médical et ainsi augmenter sa file active.
– Ces missions doivent se distinguer de celles exercées par d’autres catégories de professionnels : s’il est possible de confier des tâches administratives aux assistants médicaux, ces tâches ne peuvent se limiter aux fonctions exercées habituellement par une secrétaire médicale.
– Les locaux doivent être adaptés à l’exercice avec un(e) assistant(e) médical(e).
– L’augmentation des frais est globalement couverte par l’augmentation du chiffre d’affaires
– Les aides versées par l’Assurance-maladie sont proportionnelles à l’engagement du médecin à augmenter sa file active et au temps de travail de son assistant(e) médical(e).

Contactez-nous au SNC – Tél : +33 1 45 43 70 76 ou mail

Le Cardiologue n° 444 – janvier-février 2022

image_pdfimage_print