27 janvier 2023
Depuis novembre 2021, une nouveau traitement interventionnel de l’angor réfractaire est autorisé en France (l’avis de la HAS précisant toutefois que c’est à titre transitoire), le réducteur du sinus coronaire. Il est commercialisé par la société Néovasc et disponible dans quelques centres de cardiologie interventionnelle. Son indication est « Angine de poitrine stable réfractaire de classe 3 ou 4 selon la société canadienne de cardiologie (CCS, voir tableau), malgré un traitement pharmacologique bien conduit, chez des patients contre-indiqués ou à haut risque de revascularisation par pontage aortocoronarien ou par intervention coronarienne percutanée ».

RÉDUIRE LE SINUS CORONAIRE

POUR AMÉLIORER LA PERFUSION CORONAIRE

Julien AdjedjInstitut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var
François DiévartElsan Clinique Villette, Dunkerque

Désolé ! pour visualiser l’article complet, vous devez être abonné.
Figure. Réducteur du sinus coronaire en haut. Coupe scannographique sagitale en A. Reconstruction 3D en B et C.
Désolé ! pour visualiser l’article complet, vous devez être abonné.
Tableau. classification de l’angor selon la société canadienne de cardiologie (ccs).

Classe I

L’activité physique ordinaire (marcher ou monter des escaliers) ne provoque pas d’angor. L’angor apparaît à l’occasion d’un effort important, rapide ou prolongé, au travail ou pendant les loisirs.

Classe II

Légère limitation de l’activité ordinaire : marcher ou monter des escaliers rapidement, marcher en côte, marcher ou monter des escaliers après un repas, au froid ou dans le vent, ou pendant un stress émotionnel ou au cours des premières heures suivant le réveil. Marcher plus de 100 à 200 mètres en terrain plat et monter plus d’un étage à un rythme normal et dans des conditions normales.

Classe III

Limitation marquée de l’activité physique ordinaire : marcher 100 à 200 mètres en terrain plat et monter un étage dans des conditions normales et à un rythme normal.

Classe IV

Impossibilité d’effectuer toute activité physique sans ressentir de gêne. L’angor peut être présent au repos.

RÉDUCTEUR DU SINUS CORONAIRE ET IRM

La notice indique qu’il ne faut pas effectuer d’examen par IRM chez un patient ayant eu une pose de réducteur du sinus coronaire lors des 8 semaines précédentes.

Au-delà de 8 semaines après l’intervention, « des tests non cliniques ont démontré que le dispositif était compatible IRM sous les conditions suivantes :

  • champ magnétique statique de 1,5 Tesla et 3,0 Tesla uniquement ; 
  • champ magnétique à gradient spatial de 1 000 Gauss/cm (extrapolé) maximum ;
  • débit d’absorption spécifique (DAS) moyen maximum pour le corps entier indiqué par le système RM de 2,0 W/kg pendant 15 minutes d’examen (par séquence d’impulsions) lors du fonctionnement normal du système RM.

LA NOTE SYNDICALE

Codification de l’acte telle que rapportée par l’avis de la HAS de novembre 2021 : le champ des options est large

Aucun acte spécifique n’est décrit dans la Classification Commune des Actes Médicaux (CCAM – version 66.10, 02/01/2021). Cet acte associé est spécifique de l’utilisation du SYSTEME NEOVASC REDUCER. L’intitulé de l’acte proposé est le suivant : « Réduction intraluminale du sinus coronaire par pose d’endoprothèse, avec angiographie du sinus coronaire, par voie veineuse transcutanée ».

Il existe trois actes sur la CCAM qui pourraient s’en approcher :
DDAF008. Dilatation intraluminale d’un vaisseau coronaire avec artériographie coronaire, avec pose d’endoprothèse, par voie artérielle transcutanée (NB : 526,49 €) ;
DASF074. Fermeture de l’appendice atrial (auricule) gauche par dispositif par voie veineuse transcutanée et voie transseptale avec guidage échographie-doppler par voie trans-œsophagienne (NB : 1 510,21 €) ;
DASF005. Fermeture d’un foramen ovale perméable, par voie veineuse transcutanée (NB : 819,46 €)

Ces actes diffèrent cependant de l’acte d’implantation du dispositif REDUCER par leur localisation anatomique, leur voie d’abord, leur mode d’action ou leur indication.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

(1) Mannheimer C, Camici P, Chester MR, et al. The problem of chronic refractory angina: Report from the ESC Joint Study Group on the treatment of refractory angina. Eur Heart J. 2002;23:355-70.

(2) Knuuti J, Wijns W, Saraste A, et al. 2019 ESC Guidelines for the diagnosis and management of chronic coronary syndromes. Eur Heart J. 2020;41:407.

(3) Syeda B, Schukro C, Heinze G, et al. The salvage poten- tial of coronary sinus interventions: meta-analysis and pathophysiologic consequences. J Thorac Cardiovasc Surg. 2004;127:1703.

(4) Giannini F, Cuenin L, Adjedj J. Impact of the coronary sinus reducer on the coronary artery circulation cases report. Eur Heart J Case Rep. 2022 Apr 26;6(6):ytac159.

(5) Verheye S, Jolicoeur EM, Behan MW et al. Efficacy of a device to narrow the coronary sinus in refractory angina. N Engl J Med. 2015;372:519527.

Le Cardiologue n° 449 – novembre-décembre 2022

image_pdfimage_print