Covid-19 : élargissement de la télésurveillance du diabète et ouverture de la télémédecine aux pharmaciens d’officine

Un arrêté publié au Journal Officiel étend le recours à la télésurveillance des patients diabétiques par dérogation au cahier des charges du programme Etapes (Expérimentations de financement de la télémédecine pour l’amélioration des parcours en santé) et vient autoriser les actes de télésoin effectués par les pharmaciens d’officine dans le cadre exceptionnel de la lutte contre l’épidémie de Covid-19.

Le texte vient compléter l’arrêté du 23 mars dernier prescrivant les mesures d’organisation et de fonctionnement du système de santé nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. [En savoir plus]




La circulation du virus « largement ralentie » en France

Les conditions s’améliorent, avec un reflux continu du nombre de malades graves en réanimation (1 429 jeudi, soit 72 de moins que la veille). Depuis le début du mois de mars, le virus a tué 28 662 personnes (+ 66 en vingt-quatre heures), dont près de la moitié résidaient en Ehpad et autres établissements médico-sociaux. Le bilan de ces derniers établissements ne sera actualisé que vendredi, rapporte la direction générale de la santé dans un communiqué.

L’épidémie de Covid-19 a déjà coûté la vie à 18 326 personnes dans les hôpitaux français, selon les données communiquées par Santé publique France. Ce à quoi il faut ajouter les 10 336 décès enregistrés dans les Ehpad et les autres centres médico-sociaux, dont les données sont remontées progressivement depuis le début d’avril. Le nombre de morts à domicile liés à cette épidémie est difficile à calculer et n’est pas encore connu. Mais Olivier Véran, le ministre de la santé, a déclaré que ce chiffre ferait l’objet de premières estimations « au mois de juin ».

Edouard Philippe et son gouvernement ont présenté l’acte II du déconfinement jeudi 28 mai avec des assouplissements à partir du 2 juin au vu d’une situation sanitaire encourageante. [En savoir plus]




Le Sénat valide StopCovid, l’application française de suivi de contacts contre le Covid-19

StopCovid a passé, mercredi 27 mai, une étape décisive. En recevant la double onction des députés, puis celle, plus inattendue, des sénateurs, ce projet d’application controversé va pouvoir être déployé, sauf énorme surprise, dès le début de la semaine prochaine.

Le gouvernement a d’abord obtenu, avec une confortable majorité (338 voix contre 215), la validation par l’Assemblée nationale de ce projet d’application censé identifier les personnes côtoyées par un malade du Covid-19, et donc risquant de contracter la maladie à son tour.

En toute fin de soirée, c’est le Sénat, où le gouvernement ne dispose pourtant pas de la majorité, qui a donné son aval, par 186 voix contre 127. [En savoir plus]




L’Académie de médecine recommande de prendre en compte l’effet de la chaleur sur le coronavirus

C’est l’une des grandes questions qui ont accompagné l’évolution de la pandémie de Covid-19 : le virus pouvait-il être sensible à la chaleur, au point de disparaître avec l’arrivée des beaux jours, telle la grippe saisonnière ?

Les nombreuses études lancées dans le monde entier pour tenter d’y répondre sont toutes arrivées peu ou prou à la même conclusion. Si la hausse des températures ralentit la vitesse de reproduction du Sars-CoV-2, et donc sa contagiosité, elle ne suffit pas pour le faire disparaître totalement.

Une baisse importante de la diffusion du virus

Dans un communiqué publié lundi, l’Académie nationale de médecine a apporté une nouvelle pierre à l’édifice, en présentant les résultats d’une enquête en cours d’évaluation, et qui doit être publiée ultérieurement. Réalisée à partir d’un réseau de soignants et de pharmaciens exerçant « en zone tempérée, en zone africaine intertropicale et dans les DOM/TOM », celle-ci tend à confirmer le rôle joué par la température. [En savoir plus]




Covid-19 : un nouveau protocole de traçage des cas contacts à l’étude

L’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria) travaille sur un nouveau protocole de traçage des cas contacts de Covid-19, baptisé DESIRE. « L’objectif est d’étudier une troisième voie, en s’appuyant sur les solutions dites “centralisées” et “décentralisées” pour la notification d’exposition/le suivi des contacts en Europe, afin d’assurer une interopérabilité totale à moyen terme », a fait expliqué sur Twitter son PDG, Bruno Sportisse, relayant un document rédigé par l’Inria et décrivant le protocole.

Alors que plusieurs Etats européens planchent actuellement sur leur application de traçage destinée à limiter la diffusion du virus Sars-CoV-2 en identifiant des chaînes de transmission, la France devrait sortir la sienne, StopCovid dans les tout prochains jours.

L’application est développée par une « équipe-projet » placée sous l’égide de l’Inria, qui participe également à l’initiative PEPP-PT (Pan-European Privacy-Preserving Proximity Tracing) aux côtés d’équipes allemandes, italiennes et suisses, rappelle-t-on. [En savoir plus]




Actualités sur les coronaropathies chroniques

Editorial - Prise en charge des patients coronariens un enjeu crucial, particulièrement pendant cette période de crise sanitaire majeure


Dr Pierre Sabouret*Paris

L’actualité récente s’est légitimement focalisée sur la pandémie liée au Covid-19 qui a retenu l’attention de tous. Cette situation de crise sanitaire a bouleversé l’ensemble de l’organisation des systèmes de santé, et la France s’est retrouvée confrontée à une situation inattendue et grave. L’infection par le coronavirus est associée à une mortalité estimée à 8 %, plus élevée chez les patients porteurs d’une cardiopathie et/ou présentant des facteurs de risque cardiovasculaire (diabète et hypertension artérielle notamment). Le coronavirus, outre les atteintes pulmonaires sévères, peut également entraîner des atteintes cardiaques qui contribuent aux événements fatals. Il est donc plus que jamais crucial que la prise en charge des patients coronariens chroniques soit optimale.

Je remercie très chaleureusement les amis et experts, à savoir le Pr Denis Angoulvant, le Pr Jérome Garot, et le Dr Théo Pezel d’avoir contribué à ce numéro spécial sur les dernières données de prise en charge des patients coronariens chroniques, terminologie qui souligne l’importance d’une prise en charge continue compte tenu du risque résiduel de ces patients à la fois à haut risque d’événements ischémiques, mais aussi d’autres événements majeurs, compte tenu de leurs comorbidités fréquentes.

Un travail quotidien sans relâche nous permettra de poursuivre l’amélioration du pronostic de nos patients malgré un contexte complexe. Bien amicalement à tous et merci pour votre implication.

* Collège National des Cardiologues Français




Données de santé : création d’un comité de contrôle et de liaison Covid-19

Un décret publié le 16 mai au Journal Officiel a créé le nouveau comité de contrôle et de liaison Covid-19, détaillant sa composition et sa gouvernance.

Le Covid-19 faisant « l’objet de la transmission obligatoire des données individuelles à l’autorité sanitaire par les médecins et les responsables des services et laboratoires de biologie médicale publics et privés », le comité doit permettre d’associer la société civile et le Parlement aux opérations de lutte contre la propagation de l’épidémie par suivi des contacts ainsi qu’au déploiement des systèmes d’information prévus dans le cadre de la crise sanitaire.

« Ce comité est chargé, par des audits réguliers d’évaluer, grâce aux retours d’expérience des équipes sanitaires de terrain, l’apport réel des outils numériques à leur action, et de déterminer s’ils sont, ou pas, de nature à faire une différence significative dans le traitement de l’épidémie », détaille le texte. [En savoir plus]




Le monde de la santé lance un appel solennel aux leaders du G20

Ils sont plus de 40 millions. Médecins, infirmiers et professionnels du secteur de la santé issus de 90 pays lancent, ce mardi, un appel solennel aux chefs d’Etat et de gouvernement du G20 pour placer la santé au cœur de leur plan de relance. Arrêt de la déforestation et des subventions aux énergies fossiles, amélioration de la qualité de l’air et de l’eau sont au programme.

Dans une lettre soutenue notamment par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces acteurs, en première ligne sur le front de la lutte contre la pandémie du Covid-19, estiment qu’il « aurait été possible d’atténuer en partie ces effets, voire de les prévenir en investissant suffisamment dans la préparation aux pandémies, la santé publique et la bonne gestion de l’environnement ». Alors que chaque pays planche sur des plans de relance économique , il importe pour ces professionnels de la santé de se préoccuper avant tout de l’environnement et du climat . A leurs yeux, trois champs d’action sont prioritaires. Réduire la pollution de l’air, lutter contre la déforestation et cesser de subventionner les énergies fossiles au profit des énergies renouvelables. [En savoir plus]




Coronavirus : l’OMS suspend tous les essais sur l’hydroxychloroquine

L’Organisation mondiale de la santé a décidé d’arrêter temporairement les essais cliniques sur ce médicament, le temps de vérifier ses potentiels effets néfastes sur les patients. Une décision qui fait suite à la publication d’une étude dans la revue The Lancet jugeant inefficace voire nocif le recours à la chloroquine ou à ses dérivés comme l’hydroxychloroquine contre le Covid-19.

L’OMS avait lancé il y a plus de deux mois ces essais cliniques, baptisés « Solidarité », en partenariat avec plusieurs pays. « Plus de 400 hôpitaux dans 35 pays recrutent activement des patients et près de 3.500 patients ont été recrutés dans 17 pays », a détaillé le patron de l’OMS. [En savoir plus]




Actualités sur les coronaropathies chroniques

Coordination : P. Sabouret (Paris)

Dr Pierre Sabouret*Paris

L’actualité récente s’est légitimement focalisée sur la pandémie liée au Covid-19 qui a retenu l’attention de tous. Cette situation de crise sanitaire a bouleversé l’ensemble de l’organisation des systèmes de santé, et la France s’est retrouvée confrontée à une situation inattendue et grave. L’infection par le coronavirus est associée à une mortalité estimée à 8 %, plus élevée chez les patients porteurs d’une cardiopathie et/ou présentant des facteurs de risque cardiovasculaire (diabète et hypertension artérielle notamment). Le coronavirus, outre les atteintes pulmonaires sévères, peut également entraîner des atteintes cardiaques qui contribuent aux événements fatals. Il est donc plus que jamais crucial que la prise en charge des patients coronariens chroniques soit optimale. 

Je remercie très chaleureusement les amis et experts, à savoir le Pr Denis Angoulvant, le Pr Jérome Garot, et le Dr Théo Pezel d’avoir contribué à ce numéro spécial sur les dernières données de prise en charge des patients coronariens chroniques, terminologie qui souligne l’importance d’une prise en charge continue compte tenu du risque résiduel de ces patients à la fois à haut risque d’événements ischémiques, mais aussi d’autres événements majeurs, compte tenu de leurs comorbidités fréquentes. 

Un travail quotidien sans relâche nous permettra de poursuivre l’amélioration du pronostic de nos patients malgré un contexte complexe. Bien amicalement à tous et merci pour votre implication.

* Collège National des Cardiologues Français




Déconfinement : les indicateurs sont « favorables », selon Santé publique France

Geneviève Chêne, directrice générale de l’agence nationale de santé publique, s’est montrée « confiante » ce lundi quant à l’évolution de l’épidémie en France. Selon elle, quatre à cinq millions de personnes pourraient avoir été infectées dans le pays.

La tendance est bonne, mais la prudence reste de mise. Voilà en substance le message envoyé par directrice générale de Santé publique France. Invitée ce lundi des « 4 vérités » sur France 2,Geneviève Chêne a en effet indiqué qu’après deux semaines de déconfinement, les indicateurs étaient « plutôt très favorables ». Parmi eux, le taux d’hospitalisation, le nombre de patients en réanimation, ou encore le taux de contamination.

« Le virus est toujours là, mais sa circulation reste faible et chacun a joué son rôle, a appliqué les gestes barrière, a appliqué les distances. C’est aussi cela qui crée un bilan favorable », s’est-elle félicitée. [En savoir plus]




Une intelligence artificielle pourrait aider au diagnostic rapide d’infection par le coronavirus

Une intelligence artificielle travaillant à partir d’un scanner thoracique et de données cliniques et biologiques pourrait aider à faire un diagnostic rapide d’infection par le coronavirus Sars-CoV-2, selon une étude américano-chinoise publiée dans Nature Medicine le 19 mai.

Habituellement, la confirmation d’un diagnostic d’infection par le Sars-CoV-2 se fait avec la détection du génome viral par RT-PCR, mais « ce test peut prendre 2 jours, des tests répétés peuvent être nécessaires pour écarter les faux négatifs et il y a actuellement un manque de test », rappellent Xueyan Mei de l’Icahn School of Medicine at Mount Sinai à New York et ses collègues. D’où l’intérêt de disposer de méthodes alternatives de diagnostic. [En savoir plus]




00-Essai login

La lecture est réservée à nos abonnés.

Pour lire cet article, vous devez vous connecter




Covid-19 : l’analyse de poumons de patients décédés livre des résultats inattendus

Les poumons de patients atteints de la maladie Covid-19fabriquent de nouveaux vaisseaux sanguins à un stade précoce de la maladie, un processus qui augmente avec la durée d’hospitalisation. Tel est le résultat « inattendu » d’une étude autopsique réalisée par une équipe d’anatomopathologistes et pneumologues allemands (Wuppertal, Mayence, Hanovre), belges (Louvain), suisses (Bâle) et américains (Harvard Medical School, Boston) et publiée en ligne le 21 mai dans l’hebdomadaire médical américain The New England Journal of Medicine.

Ces travaux soulignent le rôle majeur que joue la pathologie vasculaire pulmonaire dans l’infection par le coronavirus SARS-CoV-2. Ils fournissent de précieuses informations sur les modifications observées au niveau de ce que les spécialistes appellent le « poumon périphérique », c’est-à-dire en profondeur, au niveau des lobules pulmonaires qui constituent les unités anatomiques et physiologiques du poumon où s’effectuent les échanges gazeux entre les alvéoles et les capillaires sanguins. [En savoir plus]




Véran demande une révision des règles de prescription de l’hydroxychloroquine

La prescription d’hydroxychloroquine pourrait être bientôt plus difficile. Le ministre de la santé, Olivier Véran, a demandé samedi au Haut Conseil de la santé publique (HCSP) de proposer « sous quarante-huit heures une révision des règles dérogatoires de prescription » de divers traitements, comme l’hydroxychloroquine. Cela survient après une étude pointant l’inefficacité et les risques pour les malades du Covid-19 de cette molécule controversée. [En savoir plus]




login_state

La lecture est réservée à nos abonnés.

Pour lire cet article, vous devez vous connecter




FMC ouverture non-log

Les éditions du Cardiologue

FMC – grandes études – Congrès

Nos cahiers de FMC

Insuffisances mitrales : prise en charge et place du traitement percutané (Abonnés)
Actualités sur les coronaropathies chroniques
Cardiopathies congénitales à l’âge adulte (CCA)
Valvulopathies insolites
Le patient à risques
Complications cardiovasculaires du diabète de type 2
Syncopes en 2018 : quoi de neuf ?
Sténoses carotidiennes asymptomatiques
Système cardiovasculaire et grossesse
Cas cliniques en ambulatoire au-delà de la phase aiguë
Artériopathie diabétique
2016 :  grand cru pour l’HTA
Arythmies ventriculaires et mort subite
Biscupidie aortique
Approches modernes en cardiologie
Cœur et voyage
L’hypertension artérielle résistante
Cœur et psychiatrie
La maladie coronaire stable en 15 questions
Les cardiomyopathies hypertrophiques
Cœur et rhumatologie
Cidecar – chronique de l’éducation thérapeutique
La viabilité myocardite
Cœur et bonne conduite
Insuffisance mitrale ischémique
Sport, exercice et cardiologie

Best of des grandes études

Un compte-rendu tous les ans des dernières études sur deux numéros réalisé par le Dr Robert Haïat, membre honoraire de la société française de cardiologie. Les thèmes abordés y sont nombreux.

 

2019

 Best of – 1ère partie

 Best of – 2e partie

 

2018

 Best of – 1ère partie

 Best of – 2e partie

 

2017

 Best of – 1ère partie

 Best of – 2e partie

 

2016

 Best of – 1ère partie

 Best of – 2e partie

 

2015

 Best of – 1ère partie

 Best of – 2e partie

 

2014

 Best of – 1ère partie

 Best of – 2e partie

 

2013

 Best of – 1ère partie

 Best of – 2e partie

 

2012

 Best of – 1ère partie

 Best of – 2e partie

Congrès

 

Les grands moments de l’ESC

L’European Society of Cardiology (ESC) demeure en tête des congrès en termes de fréquentation parmi les congrès cardiologiques internationaux. Il réserve toujours son lot de surprises et de recommandations.

 

2020 – Amsterdam (abonnés)
2019 – Paris
2018 – Munich
2017 – Barcelone
2016 – Rome
2015 – Londres

 

Journées européennes de la SFC

 

Les Journées Européennes de la SFC 2020 (abonnés)

 

Compte-rendus et abstracts du Congrès du CNCF

Le congrès du CNCF a lieu tous les ans. Il est la force vive du Collège nationale des cardiologues français tant par son taux croissant de participants que par la qualité et la diversité du programme scientifique.

 

31e congrès – 2019

30e congrès – 2018

29e congrès – 2017

28e congrès – 2016

27e congrès – 2015

26e congrès – 2014

25e congrès – 2013

24e congrès – 2012

23e congrès – 2011

22e congrès – 2010




Le ministère des armées veut anticiper la propagation du Covid-19 au sein du personnel soignant

La ministre des armées, Florence Parly, a salué la sélection d’un projet « d’anticipation de la propagation du [Covid-19] au sein du personnel soignant » par le ministère, dans un communiqué le 5 mai.

Le projet Onadap (Outil numérique d’aide à la décision pour des stratégies dynamiques d’allocations de ressources humaines et matérielles en période d’attrition des personnels) a été sélectionné à la suite d’un appel à projets pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Cette solution « permettra de modéliser la situation sanitaire du personnel soignant à l’échelle d’un hôpital ou d’un service hospitalier et d’anticiper la propagation du virus en son sein », a fait valoir le ministère. [En savoir plus]




Health Data Hub : la plateforme technologique pour répondre à la crise sanitaire

Attendue pour le mois de juin, la plateforme technologique qui permet d’accéder aux données du Health data hub a été mise en production « il y a trois semaines » pour répondre à des besoins liés à l’épidémie de Covid-19 et met à disposition « des données de passages aux urgences », a annoncé mardi à TICpharma Stéphanie Combes, directrice du hub.

« Nous avons accéléré notre feuille de route. (…) Nous nous sommes dits qu’il y avait un enjeu, il fallait pouvoir commencer à mettre des dispositions des données assez rapidement pour accompagner des projets de recherche prioritaires dans le contexte de la crise sanitaire », a-t-elle expliqué.

De ce fait, la plateforme technologique met à ce stade à disposition « des données de passages aux urgences dans le cadre d’une étude du ministère des solidarités et de la santé », a-t-elle précisé.

« Ces données sont fournies par Santé publique France (SPF) et nous échangeons aussi avec l’Assurance-maladie pour l’intégration des données relatives au programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) et aux feuilles de soins, qui permettront d’alimenter des études sur les facteurs de risques, les comorbidités, l’efficacité des traitements au long cours… », a complété la directrice.

« Plusieurs études sont déjà dans les starting-blocks et les équipes de recherche doivent pouvoir disposer des données pour commencer à travailler dès qu’elles obtiendront l’autorisation de la Commission nationale de l’informatique et des libertés [Cnil]. » [En savoir plus]




Coronavirus : les situations dans lesquelles le risque d’infection est le plus élevé

Au fur et à mesure de la progression de la pandémie de coronavirus dans le monde, les scientifiques ont pu analyser les principaux modes de transmissions du virus. Les premiers résultats tendent à montrer que le virus se propage principalement dans des lieux clos, où les personnes contaminées ont eu des contacts prolongés avec d’autres.

Quelles situations de la vie courante présentent un risque important de transmission du coronavirus ? Au fur et à mesure que l’épidémie progresse, les connaissances scientifiques sur les modes de transmission du virus se font plus précises.

Des études récentes (en anglais) ont par exemple montré que la parole émettait de minuscules gouttelettes qui peuvent rester suspendues dans l’air entre huit et quatorze minutes dans un milieu clos. Avant même de développer des symptômes, les patients atteints du Covid-19 peuvent également contaminer les objets autour d’eux, comme les draps ou les poignées de portes, selon une étude chinoise publiée ce lundi par les autorités sanitaires américaines. [En savoir plus]




Chiroubles Chatenay 2018 – Beaujolais

Démarche iconoclaste, j’ai dérogé à la tradition familiale plus que cinquantenaire de se fournir en Beaujolais auprès de Rémi Benon (voir Le Cardiologue n°340) en rendant visite au domaine Daniel Bouland. Je dois d’emblée avouer avoir été conquis.

Ce vigneron est installé dans le hameau de Corcelette, siège de l’un des meilleurs terroirs du cru Morgon. Il possède 8 ha, exclusivement plantés en gamay, hérités des vieilles vignes de ses aïeux. D. Bouland représente le vigneron artisanal caricatural du Beaujolais. Il travaille seul (en dehors de quelques saisonniers) dans son vignoble, dont la majeure partie est constituée de vieilles vignes taillées en gobelet, pour certaines centenaires. Ses jeunes parcelles ont été plantées avec des sélections massales de ses ceps les plus anciens. Le vigneron accomplit un travail de titan dans ses vignes, dont beaucoup, très pentues, ne peuvent être traitées que manuellement. Sa science de la taille et de l’ébourgeonnage est remarquable. S’il reste en conventionnel, il n’en limite pas moins les apports chimiques autant que possible. Il utilise des herbicides, car il ne peut laisser pousser l’herbe sur les déclivités très importantes. Les rendements sont naturellement maîtrisés aux alentours de 50 hl/ha par l’âge des vignes. La vendange est évidemment manuelle (obligatoire dans l’AOC) avec des tris méticuleux.

Des cuvées remarquables

Le travail à la cave est, à la fois, simple et particulièrement soigneux. Les cuvées sont toutes vinifiées de la même manière en vendanges entières. Seul, le contenant d’élevage change. Les vins fermentent uniquement en levures indigènes en semi-carbonique selon la méthode beaujolaise traditionnelle. Les macérations durent 10 à 12 jours avec un remontage matin et soir, un pigeage en fin de fermentation. Les vins sont ensuite élevés en cuve inox et en foudre pendant 6 à 9 mois. Daniel favorise la présence de gaz, pour protéger ses vins pendant l’élevage et limiter la quantité de soufre ajouté. Les vins sont soutirés
15 jours avant la mise avec 2 objectifs : ôter le gaz et éliminer la réduction. Les vins sont soufrés à la vendange, puis après malo-lactique, ajustement si besoin à l’embouteillage, sans filtration. Daniel passe beaucoup de temps à la cave comme à la vigne à tous les stades de la vinification, goûte beaucoup et est très attentif à toute évolution n’hésitant pas à multiplier les analyses.

Lors de ma visite, j’ai rencontré un vigneron d’abord peu disert, très anxieux sur son travail et sur le jugement qu’on pourrait y apporter, mais qui se révèle progressivement très sympathique. J’ai goûté de nombreuses cuvées qui me sont toutes apparues remarquables : Côte de Brouilly corsé très aromatique, Morgon impressionnant de richesse, de puissance et pour tout dire envoûtant, mais qui, compte tenu du jeune millésime 2018, restent encore très austères et taniques, nécessitant une garde d’au moins 4 ans. C’est pourquoi je vous propose de déguster son Chiroubles, car cette appellation produit des vins fruités, élégants à boire dès leur prime jeunesse.

Un véritable mur impossible à labourer

Chiroubles, perché à plus de 400 m, est le plus haut des crus du Beaujolais sur un sol de gore (sable granitique peu épais). D. Bouland possède 70 ares en pentes très fortes, un véritable mur, dit-il, impossible à labourer, travaillé exclusivement à la main, traité à l’atomiseur pour contenir l’enherbement. A noter un élevage en cuves fibres, afin de tirer un maximum de fruité en évitant tout apport de bois.

Paré d’une robe pourpre claire aux brillants reflets violines, ce Chiroubles Chatenay du millésime solaire 2018 est une petite merveille d’équilibre et de friandise. Des arômes de fleurs : violette, pivoine, de fruits rouges acidulés : fraise des bois, framboise, cerise burlat, de légères notes de cassis et de prune rouge envahissent le nez et tapissent le palais. Avec cette « patte » de D. Bouland, le vin délivre immédiatement une impression tellement gourmande avec le juste équilibre qui en fait le modèle de Chiroubles. La bouche juteuse, pulpeuse révèle des saveurs très fruitées, d’aériens tanins veloutés. La finale, bien portée par une fine trame acide, reste énergique, croquante et salivante.

Des vins de copains

Les Beaujolais à boire frais et jeunes, tel ce Chiroubles, sont des vins d’ambiance, de copains. Ils escortent gaillardement les mets rustiques et en premier lieu, proximité régionale oblige, les lyonnaiseries de toutes sortes : les saucissons secs : jésus et rosette, les jambons crus, salés ou persillés, les pâtés divers, les terrines, notamment au lapereau ou au foie de volaille. Les classiques de la cuisine lyonnaise seront flattés par sa fraîcheur et son fruité qui équilibrent le gras des plats : tablier de sapeur, sabodet à la vigneronne, gras-double, pied de porc, choux farcis aux épices, andouillette grillée pommes pont-neuf. Un pigeon ou une pintade rôtie, un petit salé aux lentilles, un rôti ou un travers de porc à l’aigre-doux s’accommoderont parfaitement de l’exubérance des parfums de ce Chiroubles qui, de façon plus étonnante, se mariera parfaitement avec un saumon à l’oseille. En fin de repas, le gras d’un reblochon, d’un vacherin crémeux seront équilibrés par la fraîcheur du vin.

Laissons conclure le « gourou » Robert Parker : « Vins succulents… Daniel Bouland offre une interprétation particulièrement gourmande, une concentration fine et une longue finale qui font claquer les lèvres ». Et en terme d’offre, le rapport qualité-prix (10 euros) s’avère exceptionnel.

Daniel Bouland Corcelette
69910 Villie-Morgon




Les cardiologues au rendez-vous de l’innovation organisationnelle

Les cardiologues libéraux ont toujours eu un œil sur le futur. En témoignent leurs Livres Blancs élaborés par  le Syndicat National des Cardiologues (SNC) consacrés à « L’avenir de la cardiologie libérale ». L’un, en 2000, livrait « 10 propositions pour les 10 prochaines années », l’autre, en 2008, recommandait de « conduire des expériences d’éducation et d’accompagnement thérapeutique du patient » et de « soutenir le regroupement volontaire et modulaire des cardiologues, la coopération avec les autres spécialités et professions, dans l’indépendance professionnelle ». 

La lecture est réservée à nos abonnés.

Pour lire cet article, vous devez vous connecter




Les 50 ans d’internet – 4e partie

Notre dernière partie des 50 ans d’internet est consacrée à la tech-santé. Si la venue de l’informatique a développé le domaine de la Santé, l’introduction ces dernières années de l’IA, de la RA, (1) du machine learning et des datas données a considérablement changé la gestion de tous les secteurs de la santé. En ce début d’année 2020, un autre paramètre est venu bouleverser l’e-santé : la pandémie liée au coronavirus et les répercussions qu’elle générera.

L’ère de la santé

Amorcée dans les années 1970, l’ère de l’informatique et du numérique a permis le développement des recherches clinique et technologique (logiciels, matériels, numérisation des premiers projets de dossiers patients).

Comme tous les domaines, la santé est aujourd’hui largement influencée par le web : hôpital numérique (développement et modernisation des Systèmes d’Information Hospitaliers [SIH]), patients-acteurs de leur santé, télémédecine, suivis des traitements, dossiers médicaux, objets connectés, applications santé… les sujets sont nombreux. 

La conjugaison de la santé et du numérique offre des perspectives sans limites. 

Il est aussi sujet à des malversations comme le hacking, les fake-news, les stalkers ou le vol d’informations ou de données.

Les domaines de l’e-santé

  • La télémédecine. C’est le domaine de la téléconsultation, de la téléexpertise, de la télésurveillance, de la téléassistance et de la régulation médicale.
  • Les systèmes d’information en santé. Systèmes d’Information Hospitaliers, dossier patient informatisé, information partagée…
  • La télésanté. Services de suivi et de prévention avec objets connectés, applications mobiles, plateformes web.
  • La m-santé. Applications mobiles ou web, objets connectés, communautés de patients, portails d’information de santé.
  • Les dispositifs de soins. Systèmes d’Information Hospitaliers (SIH) internes, systèmes d’information partagés, systèmes d’information embarqués, dispositifs de télémédecine.
  • Les données. Dispositifs de collecte et de stockage des données, traitement algorithmique de données massives. Nous sommes ici à l’épicentre de l’e-santé. Et les acteurs y sont nombreux ! Les Gafam en tête s’y sont lancés il y a déjà plusieurs années afin d’imposer leur prise de pouvoir, car tout le futur de la médecine se trouve ici (voir Le Cardiologue 419). Il faut dire que ce marché mondial du numérique est estimé à plus de 230 milliards de dollars d’ici à trois ans, (2) ce qui a de quoi aiguiser les appétits !

En raison de leurs puissances financières, le développement du marché de la e-santé ne peut se faire sans les Gafam, même si leurs interventions diffèrent. Microsoft et Facebook, par exemple, se positionnent sur les données. Google travaille sur des projets d’Intelligence Artificielle (IA) et Apple continue le développement de l’Apple Watch permettant notamment de réaliser un électrocardiogramme directement depuis le poignet (voir Le Cardiologue 429).

Des entreprises françaises telles Withings, La Poste, Orange ou de nombreuses start-up y portent également leurs ambitions, tant dans le big data que le développement des technologies issues de données. 

Ces données sont également le domaine des technologies d’intelligence artificielle, de la réalité augmentée (chirurgie notamment et le recalage dynamique) ainsi que du machine learning qui donne la faculté à un ordinateur d’améliorer ses performances afin de résoudre des tâches sans avoir été programmé.

  • La Healthtech. L’avenir est dans l’IA, ou Intelligence Artificielle, qui est un ensemble technologique (neurobiologie computationnelle, logique mathématique et informatique) capable de simuler l’apprentissage et/ou le raisonnement. Elle devrait être complètement mature d’ici 2030. (3)

Elle s’est essentiellement développée dans les secteurs de l’imagerie, du diagnostic, du développement de médicaments et du traitement des données médicales, indispensable aux besoins de traitement algorithmique.

La stratégie politique

Mais rien ne pourrait fonctionner si les pouvoirs politiques ne mettaient pas en place des stratégies innovantes. C’est Marisol Touraine qui a présenté en 2016 la stratégie nationale e-santé 2020, s’articulant autour de quatre axes (4) :

  • développement de la médecine connectée à travers un plan « big data » en santé. Ce plan permettra par exemple la mise au point de nouvelles applications de suivi à distance ou d’interprétation des données médicales pour assister les médecins dans leurs diagnostics ;
  • encouragement de la co-innovation entre professionnels de santé, citoyens et acteurs économiques par le lancement d’appels à projets dédiés à l’e-santé ou le développement de living labs (5) afin d’imaginer, en lien direct avec les utilisateurs, la médecine de demain ;
  • simplification des démarches administratives des patients (admission, prise de rendez-vous en ligne, etc.) et outiller la démocratie sanitaire à l’aide d’une plateforme numérique facilitant la consultation et la participation des usagers ;
  • renforcement de la sécurité des systèmes d’information en santé grâce à un plan d’action dédié.

Cette orientation politique devrait permettre à la France de rester à la pointe en matière d’innovation et « d’entrer pleinement dans l’ère de la médecine digitale ». Agnès Buzyn a continué ce mouvement avec la création d’une délégation ministérielle du numérique en santé, de l’Agence du Numérique en Santé et du Conseil numérique en Santé.

Hacker, fake-news et désinformation

Mais ces évolutions de la healthtech vont de pair avec les questions essentielles de sécurité et un besoin conséquent de compétences et d’outils dans le domaine de la cybersécurité appliqués à l’e-santé.

C’est un secteur sensible par les données qu’elle génère et l’économie qu’elle suggère. 

Les fake-news ou désinformation

Comme tout secteur d’activité, les désinformations ou fake-news sont nombreuses en Santé et les exemples ne manquent pas : « piquer les doigts et les oreilles d’une personne pendant une crise cardiaque peut lui sauver la vie », « l’eau salée peut guérir d’Ebola »… Lors de la déclaration de l’état d’urgence sanitaire de la pandémie du Covid-19, des retweets de comptes de différents pays sont soudainement apparus afin de contribuer à une désinformation organisée pour nuire à la politique et aux systèmes de santé des pays concernés.

Les hackers ou cyberattaques

Faux e-mails, fausses notes internes ou fausses alertes, l’inspiration des hackers est sans limites. Lors de l’épidémie du Covid-19, les spécialistes n’avaient jamais vu autant de campagnes de spams d’une telle ampleur (Google bloque chaque jour 18 millions de tentatives d’arnaque). Même l’OMS s’en était émue. Les cybercriminels ont surfé sur la peur. C’est d’ailleurs en partant de ce constat qu’un collectif international de 400 experts a été créé afin de lutter contre les piratages des institutions situées en première ligne face à la pandémie.   

Ces attaques, pour certaines, auraient pu avoir des conséquences redoutables. Les serveurs de l’AP-HP, par exemple, ont subi une attaque par déni de services (DDos) au cours de laquelle, brutalement surchargés de requêtes inutiles, ils ont été noyés et rendus inaccessibles. Le département américain de la santé et des services sociaux a également subi une cyber-attaque orchestrée pour ralentir les systèmes informatiques et déstabiliser l’institution. Le site de la Sécurité sociale italienne visé par des pirates a dû fermer alors même que les demandes d’aides liées au Covid-19 s’accumulaient. Plus récemment, les hôpitaux tchèques ont subi une tentative d’attaque, bloquée avec succès.

Covid-19 : Le retournement de situation

La crise sanitaire actuelle pourrait changer le cours de l’histoire de la healthtech. Des appels à projets sont lancés pour désengorger le système de soins avec des solutions concrètes (information, soins à domicile, suivi des patients, prise en charge médicale, etc.). [6]

Dans un autre registre, un groupe de médecins plaide pour le recours à l’IA via la méthode CovidIA (7) qui mettrait « en œuvre des modèles d’intelligence artificielle à partir d’hypothèses de départ sur la maladie et de résultats de tests combinés à des données issues de la géolocalisation, de manière contrôlée, anonyme et agrégée ».

Dans le Grand Est, le nombre de téléconsultations multiplié par cinq interroge pour la suite à donner à cet élan informatique, notamment pour des patients suivis régulièrement, certains médecins se demandant si une partie de leur activité n’allait pas devenir de la téléconsultation.

Cette mobilisation a fait ressortir l’illettrisme et les difficultés qu’ont un certain nombre de Français à accéder aux réseaux ou simplement à un ordinateur.

La « facilitation » numérique

Ces difficultés d’accès au numérique ne doivent pas faire oublier qu’envoyer un e-mail ou télécharger une attestation n’est pas donné à tout le monde. Une tranche importante de la population française (21 % selon une enquête de l’Insee en 2019) manque d’équipement informatique, a des difficultés d’usage ou se trouve en zone blanche. Cette situation actuelle a [enfin] poussé le gouvernement à raccorder tout le pays en très haut débit d’ici deux ans.

Conclusion

L’e-santé, qui s’est bâti avec une agrégation de technologies, connaît un développement exponentiel dû à la transition digitale et aux innovations. Reste une nécessaire mobilisation de tous les acteurs pour qu’une coordination des actions et de la recherche de synergies soit la plus efficace possible dans l’intérêt des patients, des médecins et de tous les acteurs liés à l’exercice de la Santé.

Pascal Wolff

(1) IA : Intelligence Artificielle – RA :  Réalité Augmentée
(2) bpifrance.fr
(3) bpifrance.fr
(4) Document du ministère de la santé à télécharger sur notre site au format pdf.
(5) Le living lab est une méthodologie où citoyens, habitants, usagers sont considérés comme des acteurs clés des processus de recherche et d’innovation.
(6) coalitioncovid.org
(7) reseau-healthtech.fr




L’attraction des MSP sur les jeunes généralistes

Une étude de l’IRDES montre que dans les territoires périurbains et les marges rurales médicalement sous-dotés, l’implantation de Maisons de Santé Pluridisciplinaires (MSP) attirent les jeunes médecins généralistes et infléchit ainsi positivement l’évolution de l’offre de soins.

La lecture est réservée à nos abonnés.

Pour lire cet article, vous devez vous connecter




Cap sur l’innovation pour les cardiologues

La lecture est réservée à nos abonnés.

Pour lire cet article, vous devez vous connecter




Les CPTS en pleine action

De même que l’épidémie de coronavirus a accéléré de façon spectaculaire la pratique de la télémédecine, elle contribue aussi à « booster » les Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS) un peu partout en France. 

La lecture est réservée à nos abonnés.

Pour lire cet article, vous devez vous connecter




Article 51 Innovation en santé

La lecture est réservée à nos abonnés.

Pour lire cet article, vous devez vous connecter




Assemblée Générale SNC 2020 – Compte-rendu de l’année 2019

Le Dr Binon ouvre la séance, ce samedi 1er février 2020, et remercie les présents. Les Drs Cyril Zakine et Adrien Salem sont nommés secrétaires de séance.

La lecture est réservée à nos abonnés.

Pour lire cet article, vous devez vous connecter




Rapport moral du Président

Par le Dr Jean-Pierre Binon. Nous voici une nouvelle fois réunis pour notre assemblée générale annuelle à Paris. En ce même lieu, nous étions l’année dernière cernés par les gilets jaunes, les forces de l’ordre et les gaz lacrymogènes. Espérons ne pas revivre ces moments avec les gilets rouges ! Les français ont beaucoup souffert dans leur quotidien de la grève des transports, sans doute encore plus les parisiens. Nous-mêmes n’avons pu tenir normalement le CA du mois de décembre et avons été contraints d’annuler la formation sur la maitrise de stage.

La lecture est réservée à nos abonnés.

Pour lire cet article, vous devez vous connecter




Les journées européennes de la SFC

La lecture est réservée à nos abonnés.

Pour lire cet article, vous devez vous connecter




Essai formulaire Petites Annonces

    Formulaire de petites annonces
    1. Associations et cessionsRecherche remplaçantsVentes matériel
    2. OuiNon
    3. OuiNon
    4. OuiNon
    5. OuiNon
    6. Le chèque est à effectuer à l'ordre de Cardiologue Presse et à renvoyer par courrier à : Le Cardiologue - Service des petites annonces - 13 rue Niepce - 75014 Paris

    * Requis

    Les petites annonces du Cardiologue sont réservées aux cardiologues à titre personnel. Elles sont offertes pour une diffusion de trois mois maximum aux cardiologues abonnés, sous réserve qu’elles n’aient pas un caractère commercial. Pour les SCM, sociétés commerciales, cliniques ou établissements, les rubriques annonces classées, offres d’emploi, formation, immobilier, sont facturées sur devis.
    • Une ligne = 30 caractères (signes et espaces)
    • Forfait 6 lignes : gratuit (non abonné : 160,00 euros TTC)
    • Domiciliation revue : 40,00 euros TTC
    • Annonce encadrée : 40,00 euros TTC
    • Le chèque est à effectuer à l'ordre de Cardiologue Presse et à renvoyer par courrier à : Le Cardiologue - Service des petites annonces - 13 rue Niepce - 75014 Paris




    Crise du Covid-19 : Activité cardiologique en médecine libérale et actualités professionnelles

    Chères consœurs, chers confrères,

    Le Syndicat National des Cardiologues (SNC) s’associe au Collège National des Cardiologues Français (CNCF) et continue de vous accompagner par des actions de communication communes.

    Deux acteurs partenaires pour la cardiologie libérale

    Le Syndicat National des Cardiologues travaille en partenariat avec le Collège National des Cardiologues Français pour imaginer la cardiologie libérale de demain.

    Voici la vidéo du docteur Marc Villacèque sur la reprise d’activité en période d’épidémie Covid-19 mise en ligne sur le site dédié aux Ateliers virtuels du CNCF.

    Reprise d’activité et Plan Blanc

    Les administrateurs du Syndicat se sont réunis le 14 mai et à cette occasion, plusieurs régions ont évoqué des difficultés de reprise d’activité dans les cliniques à cause du Plan Blanc.

    Vous aussi participez à l’activité syndicale. Nous vous invitons pour cela à nous faire remonter vos problématiques pour que le Syndicat puisse agir au niveau national en vue d’obtenir un assouplissement du Plan Blanc dans certaines régions (PACA, Occitanie et Alsace notamment).

    Indemnité de la CARMF

    Le Syndicat National des Cardiologues a adressé un courrier au président de la CARMF le Dr Thierry Lardenois.

    Suite, entre autres choses, à cette action du Syndicat, la CARMF a décidé du versement d’une indemnité pour les cardiologues libéraux selon les modalités suivantes :

    • Indemnité de 2 000 € environ sous la forme d’un aide financière directe pour perte d’activité
    • Indemnité nette d’impôts
    • Somme qui viendra en diminution du solde de cotisations 2020 sans réduction des droits à la retraite
    • Somme qui provient du fonds d’action sociale et du régime invalidité décès sans toucher aux réserves

    Nous vous remercions pour votre investissement. Portez-vous bien.     

    Dr Marc Villacèque

    Président du Syndicat National des Cardiologues    

    Dr Serge Cohen

    Président du Collège National des Cardiologues Français

     

     




    A Strasbourg, le Parlement européen devient centre de dépistage du coronavirus

    Quelque 2.000 tests peuvent être réalisés chaque jour. La région Grand Est dispose de 220 lieux de prélèvement.

     

    En lieu et place d’eurodéputés en costume ou en tailleur et de leurs assistants pressés, des blouses blanches et des visages masqués : le Parlement européen à Strasbourg (France) est devenu un vaste centre de dépistage du coronavirus pouvant réaliser 2 000 tests par jour.

    En cas de fièvre, de toux ou autre, le patient est placé à l’écart et mis en contact avec SOS Médecins, un service médical libéral d’urgence. [En savoir plus]




    Comment l’angioscanner a bouleversé le traitement du Covid-19

    L’étude clinique menée en trois semaines sur 100 cas sévères par une équipe d’imagerie du CHU de Besançon a montré que 23 % des malades atteints par le coronavirus présentaient des microcaillots pulmonaires, que l’on peut traiter par anticoagulants. C’est un changement de paradigme : la maladie n’est pas seulement ventilatoire, mais aussi vasculaire.

    Chef du pôle d’imagerie du CHU Jean-Minjoz de Besançon, dans le Doubs, un établissement ayant vu arriver dès le début du mois de mars de nombreux cas sévères du coronavirus, le professeur Eric Delabrousse avait été vite confronté à la question des moyens nécessaires aux bilans des complications pulmonaires. [En savoir plus]




    Tout ce que l’on sait du projet de l’application de traçage StopCovid

    L’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria) a publié la première partie du code source de l’application de traçage par Bluetooth des cas contacts de Covid-19.

    Cette publication se fera en deux phases afin de « permettre une meilleure gestion de la montée en charge pour une mise à disposition éventuelle d’une application opérationnelle début juin », a indiqué l’Inria.

    Une première partie des briques logicielles a été publiée le 14 mai sur la plateforme Gitlab.

    « Les personnes externes à l’équipe-projet StopCovid peuvent, à ce stade, donner un avis, faire remonter des suggestions ou des commentaires. Selon la pertinence technique de ces premiers retours, elles seront invitées à rejoindre le pool de contributeurs du projet pour gagner en efficacité », a ajouté l’institut.

    « Souhaitée la plus courte possible, la durée de cette phase 1 sera dépendante des contraintes liées aux phases de tests et au calendrier de mise en disponibilité de l’application », a-t-il poursuivi.

    Dans un second temps, « la partie logicielle qui implémente le protocole ROBERT sera mise en open source », a indiqué l’Inria sans préciser d’échéance.

    Cet événement salué par Cédric O a été contre-carré par les critiques et les moqueries suite à la publication du code informatique de la première phase qui est, selon les spécialistes, une coquille vide. Impossible donc de passer aux travaux pratiques en analysant les instructions du logiciel.

    L’équipe est composée d’entreprises et d’institutions publiques et chapeautée par l’Inria à la demande du gouvernement. [En savoir plus]




    L’OMS lance une application de lutte contre le Covid-19 pour les pays qui ne le font pas

    De plus en plus de pays développent leur propre application de suivi pour lutter contre la propagation du Covid-19. En France, StopCovid doit normalement voir le jour le 2 juin. Certains pays n’ont pas les ressources nécessaires pour créer une telle application, d’autres n’en ont pas la volonté. L’OMS vient d’annoncer la création d’une app de suivi spécialement dédiée aux pays qui ne le font pas.

    Dans une interview pour Reuters, Bernardo Mariano, le responsable de l’innovation à pour le compte de l’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré que « nous allons lancer une application d’évaluation des symptômes dans le monde entier, dans le courant du mois de mai. N’importe quel gouvernement pourra personnaliser une version de cette application. Au moins, chaque pays pourra lutter à armes égales »

    D’après l’OMS, cette application interrogera la population sur de potentiels symptômes et leur indiquera s’ils peuvent être atteints du Covid-19 ou non. Une version publique de cette application sera disponible sur l’App Store et le Google Play Store, mais Bernardo Mariano le répète : « les gouvernements pourront obtenir la technologie sous-jacente de cette app pour y ajouter des fonctionnalités et ainsi publier leur propre version. » [En savoir plus]




    L’Agence européenne du médicament donne son feu vert à une trithérapie anti-asthmatique équipée d’un capteur électronique

    Le comité des médicaments à usage humain (CMUH) a recommandé d’accorder une autorisation de mise sur le marché (AMM) aux deux médicaments (Enerzair Breezhaler/Zimbus Breezhaler, Novartis) en tant que traitement d’entretien chez les patients adultes qui ne sont pas correctement contrôlés par une association d’entretien composée d’un bêta-2 agoniste à longue durée d’action et de doses élevées de corticostéroïdes, et qui ont connu au moins une exacerbation dans les 12 derniers mois.

    L’Agence européenne du médicament (EMA) souligne qu’il s’agit de la première trithérapie recommandée par le CMUH dans l’asthme, elle se compose d’une combinaison à dose fixe de trois substances actives (indacatérol, glycopyrronium et furoate de mométasone) en capsules, à administrer à l’aide d’un inhalateur.

    En outre, Enerzair Breezhaler/Zimbus Breezhaler disposent d’un capteur électronique, fixé à la base de l’inhalateur afin de recueillir des données sur son utilisation par le patient.

    Ces données pourront être transmises à une application téléchargée sur un téléphone portable ou d’autres appareils. [En savoir plus]




    Une intelligence artificielle détecte les tumeurs cérébrales en préservant la confidentialité des données

    Intel s’est associé à l’université de Pennsylvanie (Etats-Unis) pour créer des modèles d’intelligence artificielle capable d’identifier les tumeurs cérébrales. Pour ce faire, la société américaine va employer une méthode inédite en matière de machine learning. Les modèles seront entraînés directement dans les établissements de santé, puis remontés pour être agrégés. Le but : garantir la confidentialité des données patients, hautement sensibles.

    Cette méthode inédite, appelée « apprentissage fédéré », permettra aux modèles d’IA d’être entraînés séparément au sein de 29 établissements de santé distincts, supervisés par l’université américaine et localisés dans sept pays différents – aux Etats-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suisse ainsi qu’en Inde. [En savoir plus]




    Covid-19 : En Islande, l’application de pistage du gouvernement ne porte pas ses fruits

    Alors que l’application StopCovid est en cours de développement en France pour une sortie prévue début juin, un responsable islandais s’interroge sur l’utilité réelle de l’application de pistage disponible en Islande. Le premier cas de Covid-19 a été détecté le 28 février dans ce pays. Le gouvernement a rapidement mis en place une équipe en charge de trouver les cas contacts, c’est-à-dire toutes les personnes qui sont entrées en contact avec les personnes testées positives au Covid-19.

    Dans la foulée, le pays a lancé l’application de pistage Rakning C-19. Cette application recueille le consentement des utilisateurs lors du téléchargement, utilise les données GPS des smartphones afin de lister les lieux où les utilisateurs se sont rendus. Lorsque quelqu’un est testé positif au Covid-19, cela aide à l’identification des personnes entrées en contact avec lui.

    L’application disponible depuis début avril a séduit 38 % de la population de l’île qui compte 364 000 habitants. Le MIT Technology Review parle du taux de pénétration le plus élevé au monde pour une application de pistage. Et pourtant celui-ci ne serait pas encore suffisant. [En savoir plus]




    La nouvelle déclaration à fournir pour les déplacements de plus de 100 km en dehors de son département

    Le Conseil constitutionnel a validé, lundi 11 mai, la loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire, confirmant la limitation des déplacements à 100 km (« à vol d’oiseau ») en dehors de son département, sauf sous certaines conditions.

    Les exceptions sont prévues, à condition d’être muni de l’attestation sur format papier ou numérique, pour les cas suivants :

    • Les trajets entre le lieu de résidence et le ou les lieux d’exercice de l’activité professionnelle, et déplacements professionnels qui ne peuvent pas être différés ;
    • Les trajets entre le lieu de résidence et l’établissement scolaire effectué par une personne qui y est scolarisée ou en accompagnement d’une personne scolarisée et les trajets nécessaires pour se rendre à des examens ou des concours ;
    • Les déplacements pour consultation de santé et soins spécialisés ne pouvant être assurés à distance ou à proximité du domicile ;
    • Les déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance des personnes vulnérables et pour la garde d’enfants ;
    • Les déplacements résultant d’une obligation de présentation aux services de police ou de gendarmerie nationales ou à tout autre service ou professionnel, imposée par l’autorité de police administrative ou l’autorité judiciaire ;
    • Les déplacements résultant d’une convocation émanant d’une juridiction administrative ou de l’autorité judiciaire ;
    • Les déplacements aux seules fins de participer à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative et dans les conditions qu’elle précise. [En savoir plus]




    Des organisations syndicales et professionnelles appellent à accélérer le déploiement du numérique en santé

    Dans une déclaration commune rendue publique le 6 mai, plusieurs organisations syndicales et professionnelles des secteurs de la santé et du numérique appellent à accélérer le déploiement du numérique en santé « en prenant appui sur les services socles ».

    La déclaration a été cosignée par la fédération française des médecins généralistes (MG France), la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), le Syndicat des médecins libéraux (SML), l’Association des structures d’informatique hospitalières publiques autonomes (Asinpha), la Fédération des éditeurs d’informatique médicale et paramédicale ambulatoire (Feima), l’association France digitale, qui réunit les entrepreneurs et investisseurs français du numérique, la fédération Syntec numérique, qui rassemble les entreprises du numérique, le Syndicat national de l’industrie des technologies médicales (Snitem), l’organisation représentative des entreprises de la tech, Tech in France, et l’union nationale des associations de patients, France Assos santé.

    Dans leur appel, les cosignataires ont tenu « à affirmer les principes de construction d’un cadre national souverain en matière de numérique en santé ».

    « Ces dernières années, le paysage de la santé en France s’est enrichi d’outils numériques rentrés dans l’usage quotidien des professionnels », ont-ils rappelé, soulignant l’informatisation des cabinets médicaux, la gestion de dossiers patients, les services d’aide à la prescription, de dématérialisation des procédures et de facturation ou encore les outils facilitant l’accès aux soins et la coordination entre les professionnels de santé. [En savoir plus]




    Satelia dévoile son nouvel outil de télésurveillance pour les patients greffés cardiaques

    La start-up Satelia, qui développe une application mobile de télésurveillance, a récemment annoncé avoir mis au point une nouvelle solution de télésurveillance pour les patients ayant subi une greffe cardiaque.

    Déployée en chirurgie ambulatoire depuis mars 2018 au CHU de Bordeaux et dans 70 centres de santé sur le territoire national, Satelia propose déjà le suivi à distance des patients pour la chirurgie ambulatoire, les centres antipoison, l’oncologie, l’insuffisance cardiaque et la greffe de cœur artificiel. [En savoir plus]




    Traçage de l’épidémie : la création d’un système d’information autorisée par la nouvelle loi

    L’article 11 de la loi « prorogeant l’état d’urgence sanitaire et complétant ses dispositions » autorise la création par décret d’un système d’information (SI) « aux seules fins de lutter contre l’épidémie de Covid-19 ».

    La loi et ses textes d’application ont été publiés mardi 12 mai 2020 au Journal officiel.

    Elle dispose qu’« aux seules fins de lutter contre la propagation de l’épidémie de Covid-19 et pour la durée strictement nécessaire à cet objectif ou, au plus, pour une durée de six mois à compter de la fin de l’état d’urgence sanitaire […], des données à caractère personnel concernant la santé relatives aux personnes atteintes par ce virus et aux personnes ayant été en contact avec elles peuvent être traitées et partagées, le cas échéant sans le consentement des personnes intéressées, dans le cadre d’un système d’information créé par décret en Conseil d’Etat et mis en oeuvre par le ministre chargé de la santé ». [En savoir plus]




    Crise du Covid-19 – Déconfinement

    Marc Villacèque. Président du Syndicat National des Cardiologues

    Chères consœurs, chers confrères,

    J’espère que vous et vos proches vous portez bien.

    Le Syndicat National des Cardiologues continue à sa battre pour vous. Après avoir multiplié les actions depuis le début de la crise et notamment :

    • avoir obtenu des indemnités de la CNAM,
    • produit des fiches techniques et répertorié les recommandations (gestes barrières, épreuves efforts, …),
    • présenté des formations webinar sur le Covid-19,

    Aujourd’hui, nous demandons toujours à la CARMF et aux assurances des gestes forts pour la survie de nos cabinets médicaux.

    Par ailleurs, nous préparons avec la Société Française de Cardiologie (SFC) un document portant sur les bonnes pratiques en cardiologie durant le déconfinement Covid-19.

    Cette période génère beaucoup d’incertitudes et de questionnements :

    • comment reprendre mon activité professionnelle en assurant sécurité et qualité sans mettre en danger  mes patients, mon cabinet, ma famille ?
    • comment maintenir mon équilibre financier ?

    Dans ce sens, et afin de vous accompagner sur le déconfinement et recueillir vos attentes et préoccupations, je poursuis mon tour de France des régions à votre rencontre.

    Voici les prochaines dates et les liens pour vous inscrire

    • Le 11 mai : région Pays de la Loire [Voir]
    • Le 12 mai : région Rhône-Alpes et Champagne Ardenne [Voir]
    • Le 13 mai : région Occitanie [Voir]
    • Le 19 mai : région Ile-de-France [Voir]

    Bonne reprise et bon déconfinement à tous.




    La Présentation de Jésus au Temple – Une histoire de famille. 2e partie

    La carrière du peintre vénitien Giovanni Bellini (v.1433-1516) fut longue et admirable, faisant de lui l’un des plus grands maîtres de la peinture occidentale auprès duquel se formeront des artistes prestigieux tels que Giorgione (1478-1510), Sebastiano del Piombo (v.1485-1547) et Titien (v.1485-1576).

    Au début de sa carrière, Giovanni Bellini a pu s’inspirer de la peinture de son beau-frère Andrea Mantegna né près de Padoue mais « il en atténua le réalisme cru par une plus grande douceur et un chromatisme d’une transparence lumineuse ». Avec lui commence « la peinture vénitienne des temps nouveaux ». La carrière d’Andrea Mantegna (v.1431-1506) fut également remarquable bien que moins prestigieuse. Le thème de La Présentation de Jésus au Temple nous donne l’opportunité de faire connaissance des liens familiaux et artistiques qui unissaient ces deux peintres exerçant alors leur art bien souvent en famille, à l’instar d’autres familles vénitiennes telles que les Vivarini puis les Tiepolo, contrairement aux peintres florentins plus individualistes. Il nous est permis ainsi d’étudier les influences réciproques à une période qui voit s’exprimer à Venise des artistes hors du commun qui vont grandement contribuer à l’Histoire de l’Art européen.

    Giovanni Bellini. La Présentation de Jésus au Temple. Vers 1470. Huile sur bois. 80×105 cm. Galerie Querini-Stampalia, Venise

    A quelques années d’intervalle, Andrea Mantegna puis Giovanni Bellini firent deux peintures sur le même thème, La Présentation de Jésus au Temple mais ce n’est pas pour autant que les deux versions sont similaires, à commencer par l’aspect technique puisque Mantegna utilise une peinture a tempera dite aussi  à la détrempe  où les pigments sont délayés dans de l’eau avec un liant, en l’occurrence de l’œuf et sur une toile (canevas) alors que Bellini utilise une peinture à l’huile sur panneau [3]. C’est à Padoue que Mantegna a pu admirer les fresques de Giotto (v.1267-1337) dans la Chapelle des Scrovegni [5,8] avec, entres autres, deux « Présentation au Temple », d’abord celle de la jeune Marie accueillie par le grand prêtre Siméon qui est (déjà) âgé comme en témoigne « sa barbe grise flottante » et que nous retrouvons, tel qu’en lui-même, avec le petit Jésus c’est-à-dire une génération plus tard mais il est vrai que l’Esprit Saint l’avait informé qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Messie du Seigneur. Ainsi, lorsqu’il vit le petit Jésus il s’empressa de dire : « nunc dimittis » (maintenant je peux partir), «Maintenant, ô Maître, tu peux, selon ta parole, laisser ton serviteur s’en aller en paix ». A l’étonnement des parents il rétorque : « Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division, et ton cœur sera transpercé par une épée ». Giotto nous montre, d’une composition à l’autre, deux points de vue différents du Temple avec ou non les colonnes torses dites salomoniques ; les personnages sacrés ont une auréole dorée de façon pleine et entière alors qu’elle se résume à un liseré doré chez Mantegna pour disparaître complètement chez Bellini, les protagonistes devenant alors plus humains avec « des expressions moins violentes, des couleurs plus intenses, des ombres plus subtiles » alors même que le cadre de marbre de Mantegna se résume chez Bellini à un simple parapet pendant que les personnages latéraux passent de deux à quatre. Giotto nous montre un Enfant Jésus richement vêtu, libre de ses mouvements puisqu’il tend son bras droit vers sa mère qui vient de le confier à Siméon, alors que nos deux peintres du XVe siècle nous le montrent strictement emmailloté dans des langes qui entravent ses mouvements et préfigurent son futur linceul. L’Enfant se tient debout sur un coussin, étroitement tenu par sa mère, dans un geste prémonitoire et qui appréhende de le confier au vieux prêtre ; la Vierge appuie son coude droit sur le rebord de marbre, symbole de la tombe ; chez Mantegna l’Enfant Jésus pleure. On est bien loin de la composition de Giotto avec le couple de tourterelles que tient Joseph, la prophétesse Anne avec son rouleau de prophéties et au-dessus de laquelle virevolte un ange. 

    Autoportrait présumé de Giovanni Bellini. La Présentation de Jésus au Temple (détail).

    Le tableau de Mantegna a pu être peint en 1453, l’année de son mariage avec Nicolosia, ou l’année suivante pour commémorer la naissance de leur fils ; le rendu des détails y est remarquable avec les broderies des vêtements et la « barbe fleurie » du patriarche biblique. La scène est « théâtrale » au sein d’un cadre fermé alors que la version de Bellini faite probablement vers 1470 à partir d’un même dessin (comme en témoigne en particulier la superposition quasi parfaite des représentations de la Vierge et de l’Enfant), est plus familiale, moins formelle puisque les personnages vêtus plus simplement ont en grande partie perdu leur caractère sacré avec la suppression des auréoles. Chez Bellini, les protagonistes que sont Siméon de profil et Joseph vu de face (peut-être Jacopo) sont moins sévères, la Vierge restant immuable d’une version à l’autre, toute à son inquiétude maternelle de devoir confier ce jeune enfant à ce vieux prêtre à la « sainteté rébarbative » surtout chez Mantegna qui nous montre deux personnages latéraux ; le garçon bouclé à droite est considéré comme un autoportrait du peintre qui a alors 23 ans et on admet que la jeune femme à gauche, bien trop jeune pour être la prophétesse Anne décrite par Saint Luc comme ayant 84 ans, est Nicolosia qui, avec son regard hors champ, semble se désintéresser totalement de ce qui est en train de se passer. La version de Bellini, plus longue avec son parapet qui n’en finit pas, a incité le peintre à rajouter deux autres personnages latéraux qu’il semble hasardeux de vouloir identifier ; à droite on voit deux jeunes hommes dont l’un nous regarde avec acuité ; il pourrait s’agir de Giovanni Bellini (*) alors que l’autre pourrait être Gentile (?) car il ne s’agit manifestement plus d’Andréa tel que l’autoportrait nous l’avait montré dès lors que les traits du visage sont très différents. A gauche se situent deux femmes qui pourraient être l’épouse de Giovanni, Ginevra, et Anna, non pas la prophétesse mais l’épouse de Jacopo Bellini (?) avec toute l’ambiguïté qui peut s’y rapporter si l’on se souvient de la filiation de Giovanni. Quoi qu’il en soit et à l’instar de la présumée Nicolosia peinte par Mantegna, la jeune femme de gauche semble bien peu concernée par la scène en cours au même titre que le jeune homme en arrière-plan à droite semble clairement préoccupé par autre chose. Reste à savoir ce qui incita Giovanni Bellini à faire ce tableau après un tel laps de temps ? En tous les cas, la peinture de Bellini propose un autre rythme avec des différences substantielles telles que l’adjonction de deux personnages et des modifications chromatiques en privilégiant une alternance de blancs et de rouges plutôt que le clair-obscur et les remarquables détails de la version de Mantegna.

    Giotto (Giotto di Bondone v.1267-1337) La Présentation de Jésus au Temple. Chapelle des Scrovegni entre 1303 et 1306 – Padoue.

    Bibliographie (parties 1 et 2)

    1. Gentili A. Le Cadre historique de la peinture vénitienne de 1450 à 1515. Profils (diversement) perdus : Andrea Mantegna et Jacopo Bellini. pp 224-279 in L’Art de Venise. Ed. Place des Victoires 2007
    2. Vasari G. Les vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes. Commentaires d’André Chastel. Thesaurus Actes Sud 2005
    3. Mantegna et Bellini. National Gallery Exhibition Catalogue 2018
    4. Steer J. La peinture vénitienne. Thames & Hudson 1990
    5. Rauch A. La peinture de la Renaissance à Venise et en Italie du nord in Renaissance italienne ; Architecture, sculpture, peinture, dessin. Ed de La Martinière 1995
    6. Tempestini A. Giovanni Bellini. Gallimard 2000
    7. Galansino A et al. Mantegna l’album de l’exposition au Louvre. Hazan 2008
    8. Zuffi S. Giotto. La Chapelle des Scrovegni. Skira 2012

     

    (*) alors âgé d’environ 37 ans avec un nez busqué comme sur une médaille de Vittore Gambello (1460-1537) vers 1500 et dans un autoportrait (Musées du Capitole, Rome) avec une robe et une coiffe noires recouvrant des cheveux châtains à rapprocher, en particulier, d’un portrait issu de la Procession sur la Place Saint-Marc peint par Gentile (Académie, Venise) en 1496 tout en considérant que, dans La Présentation au Temple, le personnage supposé être Giovanni bien plus jeune a des cheveux bouclés très noirs avec le pigment d’origine.




    Nostradamus et ses prédictions pour 2020

    Et si tout ce qui nous arrive était prévu ?

    Mieux que Didier Raoult, qui dans un rapport au ministère de la Santé avait mis en garde dès juin 2003 contre la menace de virus émergents dont le phénomène le plus redoutable serait l’apparition de mutants de virus respiratoires, notamment de la grippe, par introduction de virus d’origine animale dans le monde humain.

    La lecture est réservée à nos abonnés.

    Pour lire cet article, vous devez vous connecter




    Rapport financier

    La lecture est réservée à nos abonnés.

    Pour lire cet article, vous devez vous connecter




    Conseil National Professionnel CardioVasculaire (CNPCV)

    La lecture est réservée à nos abonnés.

    Pour lire cet article, vous devez vous connecter




    Pertinence en cardiologie

    La lecture est réservée à nos abonnés.

    Pour lire cet article, vous devez vous connecter




    Election du nouveau Conseil d’administration

    La lecture est réservée à nos abonnés.

    Pour lire cet article, vous devez vous connecter