23 février 2024
Lancé en novembre 2022, chat GPT (1) est un prototype d’agent conversationnel utilisant l’intelligence artificielle. Développé par OpenAI, cet outil de communication en ligne permet à ses utilisateurs de dialoguer en temps réel avec un bot (robot). Il a été développé dans le but d’échanger facilement et de rendre les conversations « humaines ». Encore à l’état de prototype, le chat GPT attire l’attention par ses réponses développées, bien que ses explications factuelles soient parfois légères et critiques. Mais son avenir est extrêmement prometteur… et inquiétant tant les dérives peuvent être nombreuses.

Pascal Wolff – Le Cardiologue n° 450 – janvier-février 2023

Nous avons donc posé une multitude de questions à ce robot, et les réponses ont été claires et précises. Mais se posent des interrogations légitimes des sources bibliographiques et les risques de plagiat (dans le cadre de la littérature médicale par exemple), la désinformation, la transparence des bases de données utilisées, la responsabilité du texte de celui ou celle qui le rend public.

On devrait donc commencer par « Cet article n’a pas été rédigé par une IA (intelligence artificielle), mais par une IH (intelligence humaine), journaliste en chair et en os. »

Voici la réponse de chat GPT et de son chatbot à l’une de nos questions : « Je veux réaliser un article de présentation de la pose d’un stent dans le futur »

La réponse est venue en 15 secondes chronomètre en main… « Bien sûr ! Je serais heureux de vous aider. La pose d’un stent est une procédure courante utilisée pour traiter les maladies coronariennes, qui sont responsables de la plupart des crises cardiaques. Les stents sont des dispositifs médicaux qui sont insérés dans les artères pour maintenir leur ouverture et améliorer le flux sanguin vers le cœur.

Avec les avancées technologiques, la pose d’un stent est devenue de plus en plus précise et moins invasive. Les stents actuels sont fabriqués à partir de matériaux flexibles et résistants, tels que le polyéthylène téréphtalate, qui peuvent se plier et se déplier en fonction de la taille de l’artère. Les stents actuels sont également recouverts de médicaments qui réduisent le risque de récidive de la maladie coronarienne.

Dans un avenir proche, les stents pourraient devenir encore plus performants grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) et de la robotique. Les algorithmes d’IA pourraient aider les médecins à planifier les procédures de pose de stents en utilisant des images d’IRM et d’échographie pour déterminer la taille et la forme de l’artère. Les robots chirurgicaux pourraient également être utilisés pour poser les stents avec une précision accrue, réduisant les risques de complications pour les patients.

Il existe également des recherches en cours sur des stents à libération prolongée de médicaments, qui pourraient maintenir les artères ouvertes pendant des périodes plus longues. Cela pourrait réduire la nécessité de procédures de révision et améliorer les résultats à long terme pour les patients.

En résumé, la pose d’un stent est une procédure courante pour traiter les maladies coronariennes qui a considérablement évolué ces dernières années. Les stents actuels sont plus précis et moins invasifs que jamais, et les avancées technologiques telles que l’IA et la robotique pourraient encore améliorer les résultats pour les patients dans un avenir proche. Les stents à libération prolongée de médicaments pourraient également réduire les risques de complications à long terme. »

Ce petit résumé sur les stents n’est évidemment pas d’un haut niveau scientifique. Ce n’est d’ailleurs pas ce qu’on lui avait demandé. Mais rapides et précises, les réponses de Chat GPT sont plausibles et cohérentes, du moins en apparence, car elles peuvent également se révéler trompeuses ou mal interprétées. L’acquisition de l’IA se fait sur une connaissance des données qui lui ont été fournies ou apprises par des applications algorithmiques tel que le machine learning (voir nos articles sur l’IA en Santé sur le site lecardiologue.com) ou l’interaction avec les utilisateurs. 

L’application a été entraînée sur une très grande quantité de données (175 milliards de paramètres, à partir de plus de 500 milliards de textes provenant du web, d’encyclopédies et de livres).

 

UNE RÉVOLUTION MÉDICALE ?

Mais en tant que médecin, imaginez quel sera l’avenir de chat GPT dans les années à venir ? Une révolution médicale ou simplement une application supplémentaire façon Google évolué ? La réponse est finalement dans la question, car la technologie de chat GPT va faire évoluer rapidement la façon dont travaillent les moteurs de recherche tels que Google ou Qwant. 

Si certains professionnels de santé se sont déjà associés à cette technologie dans leur pratique médicale, des patients se sont emparés de Chat GPT pour avoir un diagnostic de leur maladie, et il leur a suffi d’appuyer sur le bouton pour avoir le résultat avec des réactions parfois étonnantes, mais non moins surprenantes : « l’intelligence artificielle fait mieux que mon médecin, il a trouvé ce que j’avais en quelques secondes ». On entrouve ici la boîte de pandore avec les conséquences qui pourraient être désastreuses : mauvais diagnostic, traitement inadapté… 

Nombre de médecins ont déjà eu des discussions, voire des confrontations, avec des patients qui avaient fait des recherches sur internet pour poser eux-mêmes leur diagnostic. Mais Chat GPT change la donne, et l’IA pourra fournir une information diagnostique plus ou moins précise, mais ne remplace pas le vrai diagnostic médical ainsi que l’empathie et les soins apportés par un (véritable) professionnel de santé.

 

CONCLUSION

Ce nouveau système d’IA issu directement de la recherche suscite un engouement tel qu’il va marquer une nouvelle étape dans le développement des technologies numériques.

Même Meta s’y était mis en donnant aux chercheurs la possibilité d’écrire des articles scientifiques (2), mais devant la polémique, l’entreprise avait été obligée de supprimer son application deux jours après sa mise en ligne.

L’autre interrogation est de savoir si ChatGPT doit répondre à toutes les questions. OpenAI a déjà fait évoluer son modèle afin qu’il ne fournisse plus la recette pour créer des bombes à la demande.

Alors GPT, dangereux ? Oui, sans doute si nous ne prêtons pas garde à ce que l’intelligence artificielle peut construire autour sans que l’on en prenne vraiment la mesure, d’autant que certains médias ont l’intention de se fournir sur GPT…

Dans notre prochain dossier, nous verrons les incidences sur la formation et la recherche scientifique qui sont déjà bien présentes.

(1) Chat pour dialogue et generative pretrained transformer pour GPT.
(2) Un prompt est un court texte qui permet de diriger une intelligence artificielle pour qu’elle crée une image ou un texte.

DETECTGPT CONTRE CHATGPT

Une équipe de chercheurs (3) a mis au point l’application DetectGPT, un outil qui permettant de déterminer si un texte a été généré par ChatGPT. Il est destiné en particulier à la communauté éducative qui s’inquiète de son utilisation par les étudiants. Ce logiciel serait fiable à 95 %.

(3) Université américaine Stanford.

© WrightStudio/Depositphotos

Vérifiez vos adresses mails !

Il n’y a pas que votre ordinateur qui peut être piraté. Vos adresses mails on pu être subtilisées dans d’autres bases de données (Santé, Gafam, réseaux sociaux…). Pour le savoir et éviter une usurpation de votre identité, de l’hameçonnage ou autre méfait, vérifiez auprès du site  haveibeenpwned s’il y a eu violation de vos adresses. Si tel est le cas, le site vous indique sur quels sites vos données ont été volées… et changez vos mots de passe.

la CNIL et vos données

Le médecin libéral doit donc protéger ses données personnelles et médicales. Pour ce faire, il doit passer par des protocoles précis : hébergement certifié données de Santé avec demande préalable auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). 

 

La CNIL a récemment sanctionné deux médecins libéraux pour ne pas avoir suffisamment protégé les données de leurs patients, des milliers d’images médicales hébergées sur des serveurs étaient en accès libre. Toutes ces données pouvaient donc être consultées et téléchargées, et étaient, selon les délibérations de la CNIL, « suivies notamment des nom, prénoms, date de naissance et date de consultation des patients ». Le problème venait simplement d’un mauvais paramétrage de leur box internet et du logiciel d’imagerie qui laissait en libre accès les images non chiffrées.

A lire également

Cybersécurité – banalisation sur toile

Intelligence artificielle – la santé au cœur du futur

Les préoccupations liées à l’intelligence artificielle

Les 50 ans d’internet

Les virus

De l’impression 3D à la bio-impression

Retour vers le futur – les prédictions médicale dans les années 1950

LES NFT, C’EST QUOI EXACTEMENT ?

Les jetons non fongibles (NFT) sont des certificats de propriété stockés sur une blockchain. Ces jetons numériques permettent de certifier l’authenticité d’un objet qui lui est associé en achetant un code (ou un certificat)

Contrairement à la monnaie telle qu’on la connaît (ou aux cryptomonnaies), chaque NFT est unique ou non fongible, c’est-à-dire qu’il ne peut être échangé contre quelque chose de valeur égale. 

Le marché de l’art est en pleine révolution grâce aux NFT. Mike Winkelmann (Beeple) a vendu une photo numérique pour plus de 69 millions de dollars chez Christie’s. Et pourtant, cette photo est consultable et téléchargeable sur internet, contrairement à un tableau « réel ». Alors, pourquoi acheter une telle œuvre de cette manière ? Et bien tout simplement parce que celle-ci a été vendue avec son NFT qui la rend unique et traçable. Ce certificat signe bien sûr l’œuvre de l’artiste et indique qui l’a vendue, qui l’a achetée et pour quelle somme et à quelle date. Cette œuvre « numérique » peut donc être cédée en enchère… et si la valeur de la cryptomonnaie qui a permis d’acquérir le certificat NFT augmente, la valeur de cette œuvre augmentera  pour le possesseur du NFT.

image_pdfimage_print